Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
 

Diamant Noir de Arthur Harari

Les Trois Pères

Pour son premier long-métrage, Arthur Harari, également comédien (La Bataille de Solférino) plonge dans le thriller et la tragédie familiale et réussit une œuvre complexe et particulièrement tendue.

Jeune loup solitaire et séduisant, Pier Ulmann survit à Paris entre les chantiers qu'il écume et surtout, les cambriolages et autres combines qu'il commet pour le compte de Rachid, un homme plus âgé. Lorsqu'il doit reconnaître le cadavre de son père qu'il n'a plus vu depuis quinze ans, il met le pied dans l'engrenage d'une histoire familiale faite de mensonges, de trahisons et de luttes de pouvoir.

Diamant Noir  de Arthur HarariSitué dans l'univers diamantaire anversois, le drame personnel qui se joue est rehaussé d'une habile intrigue où le vol de pierres précieuses va cristalliser les doutes, les ressentiments et les failles de ce garçon perdu et déchiré entre deux mondes, deux manières de penser la solidarité clanique. Invité par son cousin à travailler pour cette famille qui a exclu son père, Pier est bien décidé à gagner la confiance de ses membres pour pouvoir enfin mettre en place la vengeance de sa vie. Peu à peu, il va s'incruster et prendre une place de plus en plus importante. Grâce à la complexité du scénario, le film va bien au-delà du « Revenge movie » et capte, avec intensité, les rapports familiaux. Confronté à deux modèles familiaux opposés, l'un basé sur le sang, l'autre sur le crime, Pier fera face à leur dynamique mafieuse où le père, forcément autoritaire, incarne la figure d'attraction-répulsion.
L'introduction magnifique, entre rêve et horreur, articule d'emblée la thématique du film (la recherche du père, la vengeance) et les motifs plastiques récurrents (l'œil, les mains) liés au milieu du diamant et aux dons exceptionnels de tailleur que le jeune héros va révéler. La description de l'activité diamantaire est une vraie réussite, le cinéaste alliant une approche documentaire crédible et une stylisation qui permet le suspense et la tenue en haleine du spectateur.
Diamant Noir  de Arthur HarariDiamant Noir est aussi l'histoire d'une gestuelle, celle des mains et des yeux, outils indispensables et irremplaçables pour un tailleur de diamants. À ce titre, le choix de Niels Schneider pour interpréter Pier est en adéquation parfaite avec le personnage. Acteur un peu fade aperçu chez Xavier Dolan ou plus récemment dans Le Cœur régulier de Vanja D'Alcantara, il impose dans ce rôle une vraie présence. Avec son léger strabisme qui donne à son regard cette étrangeté particulière, il interprète avec nuance le parcours de ce garçon qui devra faire face à trois pères différents et parviendra, au bout d'un parcours dramatique et violent, à trouver son propre chemin.

Co-produit en Belgique par Frakas Production, Diamant Noir réunit enfin une distribution impressionnante. Outre Niels Schneider dans le rôle principal, le film confirme les talents des deux comédiens allemands August Diehl et Hans-Peter Cloos. Il s'agit aussi de la dernière apparition filmique de Abdel Hafed Benotman, poète et gangster d'origine algérienne, sublime interprète de Rachid, décédé peu après le tournage.

commentaires propulsé par Disqus