Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
 

Edito : le rêve d'Ernest

Le rêve d'Ernest

 

Il était une fois un pays, pas très grand, pas très chaud, pas très bleu, mais où les habitants respiraient le bonheur et la joie de vivre. Les enfants couraient pour aller à l'école : ils adoraient apprendre à réfléchir, connaître l'histoire des mathématiques, calculer, multiplier, dessiner, jouer de la musique, lire... Leurs parents travaillaient, certains gagnaient beaucoup d'argent, d'autres moins, les uns n'avaient pas d'emploi, d'autres cumulaient les postes et les appointements, mais tous aimaient se promener dans les musées, aller au théâtre, écouter des concerts, s'enfermer dans les salles obscures de cinéma, lire, découvrir des auteurs, les interpeller et donner leur avis. Ça ne leur coûtait rien puisque tout était gratuit. S'ils étaient trop fatigués pour sortir, ils se détendaient en allumant le poste de télé où ils pouvaient regarder un film, écouter un concert, découvrir un peintre, un savant, une pensée économique, philosophique, etc. Les files étaient si longues devant les salles de spectacle qu'on avait dû en ouvrir d'autres, engager du personnel, soutenir beaucoup de créations et de réalisations pour permettre aux curieux d'assouvir leur soif de savoir et de beauté. Petits et grands en connaissaient long sur le passé du monde, ils avaient tous leur mot à dire sur ce qu'il fallait faire pour résoudre la crise financière qui les accablait. Personne ne se terrait dans le silence, la tête engoncée dans les épaules, personne ne déprimait, pas besoin de bouteilles d'alcool ni de pilules roses pour se lever le matin. La vie n'était pas plus ni moins difficile que partout ailleurs, seulement chacun se sentait citoyen actif.

- Ernest, réveille-toi !

- Oh c'est toi Célestine ? Tu sais, j'ai fait un drôle de rêve. Il était une fois...

- On n'a pas le temps Ernest, il faut chercher de quoi manger. Tu me raconteras en marchant.

Meilleurs vœux …  

commentaires propulsé par Disqus