Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/06/1998
Mots-clés : critique de cinéma,
 

Histoires d'Amour de Yaël André

Amours singulières
Des amis, une caméra, du temps pour être ensemble : le cinéma. C'est aussi simple que cela.
Cinéma artisanal, cinéma sans budget, Histoires d'amour de Yaël André naît d'une simplicité aussi lumineuse et s'y love, l'habite et s'en nourrit jusqu'au plaisir.

Histoires d'Amour de Yaël AndréYaël André a demandé à quelques-uns de ses amis de raconter, face à la caméra, l'histoire d'une déclaration d'amour qui leur était personnelle et touchait à l'intime d'une émotion. Et elle a joué son cinéma entre cette intimité d'une déclaration d'amour passée et l'intimité d'une parole présente livrée à la caméra.
Pour donner présence et chaleur à ces hommes et ces femmes qui se racontent, elle a su choisir une distance humaine entre eux et le point d'où la caméra écoute.
Pour aller à l'essentiel des histoires, elle s'est imposée un cadre identique, un fond neutre, un éclairage constant, un noir et blanc sensible et surtout une réserve faite d'écoute et de complicité.
Et puis, quand ces histoires ont pris l'allure d'une collection, elle les a mélangées, fragmentées, éclatées en un montage intelligent et bourré d'humour et de suspens, sorte de puzzle ludique et sans cesse surprenant.
Et un film a surgi, un regard qui, par-delà l'anecdote des récits, loin de la redondance de l'effet de série, titille et bouscule notre façon de conjuguer le verbe aimer.
Car ce qu'il y a de plus réussi dans le film de Yaël André, en dehors de toutes ses qualités de montage et d'écriture, tient dans l'apparition de ce fil invisible qui relie chacune des personnes qui se raconte en une communauté qui n'a rien d'exemplaire, qui reste singulière.
En refusant volontairement de jouer la carte d'un discours à prétention universelle, Yaël André privilégie le particulier de chacun et nous invite, nous spectateur, à nouer le fil des histoires en y ajoutant la nôtre.
Et ce faisant, de découvrir peut-être que derrière la banalité de nos vies, existe ce rêve éminemment pratique d'une communauté d'amour où tout serait possible.

commentaires propulsé par Disqus