Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
 

Le cinéma belge a froid sous son chapeau

La cérémonie des Magritte du cinéma belge fut l'occasion de parler des films nationaux, de donner la parole aux professionnels qui le font : réalisateurs, comédiens, producteurs etc. Les médias ont tous répercuté l'événement et ouvert leurs colonnes, pour certains, aux analyses des uns et des autres sur l'état de santé de notre 7ème art. On a dit combien il est apprécié dans les Festivals les plus en vue, combien les comédiens formés ici sont recherchés à l'étranger, que les professionnels, directeurs photo, ingénieurs son et studios de post-production sont sollicités, que les investissements privés comblent les moyens publics limités, etc. Bref, qu'il se porte bien. Mais une ombre continue à assombrir le ciel bleu du sud du pays, toujours la même, malgré les efforts incessants pour l'affaiblir. Le cinéma belge francophone a mal à son public. Le regard des spectateurs serait flouté par un désintérêt, voir une certaine méfiance, en tout cas, d'une méconnaissance. L'existence de cette cérémonie est une des réponses apportées par le Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel et de la Ministre en charge, insuffisante semble-t-il.
Pour les quelques 18.000 lecteurs de cet éditorial, les 50.000 visiteurs mensuels du site cinergie.be, sans oublier les presque 800.000 spectateurs de nos vidéos et les plus de 5.000 « amis » facebook, cela doit paraître impensable que le cinéma belge soit méconnu. On ne parle que de ça!

www.cinergie.be

Alors, si on pouvait, on serait heureux de renforcer notre travail pédagogique, on pourrait multiplier le concours des jeunes critiques et d'annuel il pourrait devenir mensuel, le nombre de films analysés, de réalisateurs et de professionnels rencontrés, l'Annuaire des professionnels serait totalement à jour, les séances de courts métrages se suivraient sans cesse, etc., etc.
Nonobstant, dès maintenant vous pourrez découvrir dans nos écrits et nos vidéos Kinshasa Kids de Marc-Henri Wajnberg, Le Grand Scheme de Sabrina Calmels, L'Eveil du Djiguite de Marc Recchia et Christophe Rolin, Les Chevaux de Dieu de Nabil Ayouch, Goodbye Marocco de Nadir Moknèche, Mariage à Mendoza d'Edouard Deluc, le tournage de Rosenn d'Yvan Le Moine, une longue et belle rencontre avec Jasna Krajinovic, documentariste, une autre avec Boris Lehman, un billet sur le Ramdam festival, des livres et des DVD (Mobile Home, la Folie Almayer, Laurence Anyways). Bonne lecture, bonne vision, et n'oubliez pas, rien de tel que de voir les films sur grand écran, surtout … les belges!

commentaires propulsé par Disqus