Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
08/05/2009
 

Le refus de concession au classicisme peut être payant

Maigres récoltes francophones en partance pour Cannes cette année. Les espoirs fondés ont déçu. Concours de circonstances ou résultat d'un changement de ligne créatrice ? Il est certainement trop tôt pour tirer des conclusions. Escomptaient-ils un ton « belge » qu'ils n'auraient pas trouvé ? 2008 fut une année exceptionnelle; étaient présents sur les écrans officiels ou parallèles du festival, Home, Rumba, Elève libre, Eldorado, leSilence de Lorna, tous si distincts mais partageant une même caractéristique, le refus de concession au classicisme, tant dans le récit que dans la forme. Serait-ce cet élément qui a manqué dans la cuvée francophone actuelle et par contre bien présent dans les trois films flamands retenus et dans Panique au village, le film d'animation totalement insensé, désaxé, halluciné, bref frappé et même loufoque de Stéphane Aubier et Vincent Patar ? Cowboy, Indien et Cheval seront sur nos écrans en juin et l'on peut aussi, d'ors et déjà, y découvrir Cécile de France et Sandrine Blancke dans Sœur Sourire de Stijn Coninx. 

Je suis également chargée de vous faire part d'un heureux événement; la tribu cinergie.be est née sur Facebook. Les cinéphiles belges ont désormais un toit où s'échanger leurs infos, leurs projets et leurs critiques. Actuellement, vous y trouverez plus de cent films réalisés par nous, 30 ans de photos du cinéma belge et même un forum interactif ! Qu'on se le dise... 

commentaires propulsé par Disqus