Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
juin 2014

Deux jours, une nuit - En salles depuis le 21/05

David Richardier, animateur cinéaste auprès du CVB-VIDEP

Waiting for August de Teodora Ana Mihai

I Comme Iran

Une si longue histoire, un film de Roger Beeckmans

Les Carrières de Roby Comblain - A-P le lundi 16 juin

Corps étrangers de Laura Wandel, à Cannes

Tombville de Nikolas List

Alléluia de Fabrice du Welz

Sorties DVD

et également

Mots-clés : documentaire, enfance, migration,
 

Roger Beeckmans - "Une si longue histoire"

Menant en parallèle plusieurs activités, celle de cameraman et de réalisateur à la RTBF, et d'enseignant à l'INSAS section documentaire, Roger Beeckmans a réalisé de nombreux films. Depuis plus de vingt ans, il parcourt le monde en montrant les enfants avec une caméra qui se met à leur portée – souvent avec le soutien de l'UNICEF – avec la bonne distance pour leur permettre d'exprimer leur désarroi, leur souffrance. Rappelons quelques-uns de ses films, De l'école à l'usine (1990), La mort au bout du champ (1993), Les vestiges de la guerre, suivi de La face cachée de la guerre (1994), Nos cœurs sont vos tombes (2004), L'école de la tolérance (2001-2002).

Aujourd'hui, il termine un autre film intitulé Une si longue histoire. Passionné par la photographie comme regard instantané sur le monde, Roger Beeckmans a néanmoins préféré travailler avec les images mobiles du cinéma qui rendent perceptible la parole d'autrui. 

Une si longue histoire est un film sur six enfants et adolescents demandeurs d'asile en Belgique. Ils sont ce qu'on appelle des MENA, mineurs étrangers non-accompagnés. Avant de choisir les jeunes qui pourraient représenter l'ensemble, il y a un processus qui demande du temps. Plusieurs étapes se mettent en route, la rencontre, l'écoute, la confrontation pendant des mois avant de filmer le parcours de chacun. Roger Beeckmans crée un climat de proximité pour les écouter, vérifier leurs récits auprès de ceux qui les accompagnent. Pour les enregistrer, il faut trouver la bonne distance, instaurer la confiance. C'est la force des films de Roger Beeckmans et leur richesse : ce fil ténu qui se tend en essayant de se dérober, se retrouve et se renoue grâce à la parole.

Cinergie : Cela fait assez longtemps déjà que tu donnes la parole aux enfants ?

Roger Beeckmans : Oui, tout cela a commencé lorsque je travaillais encore à la RTB. Sur les reportages avec les journalistes, il n'y avait jamais d'interviews d'enfants, comme s'ils n'existaient pas. J'ai été plusieurs fois dans des pays en guerre et l'on interrogeait uniquement les adultes. Je suis parti de cette idée de leur laisser la parole pour qu'ils racontent ce qu'ils vivent. De là, est venue l'idée de réaliser les portraits de 25 enfants, Le Chemin des écoliers, une émission télévisée soutenue par l'UNICEF qui a été diffusée un peu partout. Ils ne pouvaient pas aller à l'école, certains d'entre eux étaient pris comme enfants soldats, d'autres dans des mouroirs comme dans la Roumanie de Ceausescu…

C. : Pourrais-tu nous expliquer comment tu en es arrivé à faire Une si longue histoire ?
R. B. : L'école de la vie, mon film précédent, s'intéressait au moment où les jeunes immigrés arrivent sur le marché du travail. J'ai rencontré un jeune « mena », (un mineur étranger non accompagné) que j'ai filmé. Mais lorsqu'il a eu 18 ans, il n'a plus répondu, et n'était plus à l'adresse qu'il avait donnée, n'allait plus à l'école parce qu'il n'avait pas de papiers. Il voulait échapper à l'ordre qui lui a été donné de quitter le territoire. Je me suis dit qu'il fallait que je fasse très attention en dialoguant avec des jeunes qui vont avoir 18 ans et qui vivent dans cette situation terrible. L'aide accordée disparaît du jour au lendemain, à leur majorité. Même le CPAS n'intervient plus ! Ils sont dans la clandestinité. Est-ce la solution d’offrir l'asile dans notre pays à une série de jeunes qui vont devenir clandestins ? 

C. : Comment as-tu choisi les personnes qui constituent tes six portraits ?
R. B. : Cela a été un long travail d'approche. Il a fallu vaincre la méfiance de ces jeunes par rapport à l'image qu'on donne d'eux et des institutions dans lesquelles ils se trouvent. Les convaincre que ce n'était pas un film sur eux, mais avec eux, en tout cas avec ceux qui acceptaient. Ces jeunes ont une grande méfiance vis-à-vis des medias qui ne viennent les filmer que lorsqu'il y a un problème ou de la violence et qui donnent une image négative.

Mais la plus grosse difficulté était qu'ils acceptent d'être face caméra. Donc, je suis allé dans plusieurs institutions. Cela m'a pris environ un an de recherches. Il fallait que le jeune soit d'accord ainsi que l'institution, tout aussi méfiante de l'image qu'on allait donner d'elle et des enfants. Tout cela a pris du temps, mais ce temps était nécessaire pour supprimer les suspicions. Je n'ai pas gardé certains témoignages qui risquaient de se retourner contre les jeunes. Certaines ont échappé à la traite des jeunes filles, c'est-à-dire « la prostitution » qui est un mot tabou qu'on ne peut pas utiliser devant elles, parce qu'elles ne veulent pas passer pour des filles de joie.

Il fallait respecter ces jeunes, ces adolescents et connaître l'ensemble de leur histoire.

Je ne voulais pas montrer les moments les plus durs de leur existence, mais montrer leur quotidien. Les dix ont accepté d'être filmés face caméra, sauf le dernier personnage, entré dans la clandestinité, mais qui, lui, a voulu raconter son histoire, une histoire assez terrible. Certains sont passés par des circuits de drogue, d'autres ont eu des problèmes avec la police, il n'était pas question de filmer cela, sinon j'aurais eu dix personnages qui tournaient le dos à la caméra.

Mais ils parlent de leurs difficultés dans le film, du trajet pour arriver en Belgique… J'essaie de témoigner et de créer un climat d'empathie – et cela prend du temps. Je ne suis ni policier, ni juge. J'essaie de comprendre comment ils sont arrivés chez nous, et comment ils se débrouillent. Mohamed, le jeune Marocain, recevra l'ordre de quitter le territoire lorsqu'il aura 18 ans. Il dit déjà : « Je ne quitterai jamais la Belgique », ce qui signifie qu'il va vivre clandestinement. Il ira probablement rejoindre des cousins qui vivent eux-mêmes dans la clandestinité. Ce garçon me touche beaucoup ; il a un ego surdimensionné, il a toujours refusé d'aller en classe passerelle. Lorsqu'il avait un problème dans une école, il en changeait. Mais lorsqu'il est arrivé à Namur, on s'est aperçu qu'il était analphabète : il avait tout fait pour le cacher. Il n’était jamais allé à l'école ; il vendait des cigarettes, des DVD et des articles pour touristes dans la rue, au Maroc et finalement, il a dû admettre qu'il ne savait ni lire, ni écrire. Ensuite, il est passé d'un métier à l'autre puisqu'il était incapable d'écrire. On le voit dans le film, et c'est un moment très émouvant. Il fait de la boxe « Thaï » et croit qu'il va pouvoir gagner sa vie comme ça. 

Roger Beeckmans

On ne fait pas le tour d'une problématique en 52 minutes. Ils sont venus chez nous. Ils ont vécu une histoire qui leur donne une maturité extraordinaire, et ils restent malgré tout en marge de notre société et sont même l'objet d'opprobre. Actuellement, le CPAS de la ville de Bruxelles ne veut plus rien payer aux jeunes qui ont plus de 18 ans. Ils préfèrent avoir des procès que payer 400 euros tous les mois. Les autorités belges soutiennent que leur place est dans leur famille. Encore faut-il qu'ils sachent où elle se trouve et qui elle est ! Ces jeunes ne se souviennent même plus de leur nom, ils ont un prénom, c'est tout.

Je respecte la part d'ombre qui les entoure, je sais qu'il en va de leur survie, matérielle ou psychique. 

C. : De ce dialogue, on ne sort pas indemne !
R. B. : J’espère ! Mon seul espoir est que ceux qui découvrent mes films puissent changer leurs appréhensions face à ces jeunes. J'espère aussi que ce film pourra être diffusé sur la RTBF le jour de « la journée internationale des réfugiés ». Tout s'est fait sans argent, entièrement soutenu par ma productrice de toujours, Martine Barbé, avec l'aide de la Cinémathèque de la Fédération Wallonie-Bruxelles, et grâce à Géraud Vandendriessche, que je remercie vivement. Ce qu'il faut éviter, c'est soit de tomber dans l'angélisme, soit dans la diabolisation. C'est un échange, eux me font confiance et moi aussi. Je leur disais, si tu racontes des conneries, tu ne t'en prendras qu'à toi-même. Mais cela crée un lien de confiance. Chaque film représente deux ans de ma vie : une année d'approche, de recherches et de rencontres avec des jeunes, parfois bouleversantes, et puis avec d'autres, dont on remarque qu'ils utilisent la caméra et racontent une histoire qui n'est pas vraie, qui n'est pas la leur, ce que je finis par apprendre par la bande, évidemment. Je ne dis pas : « Tu mens », mais que je connais son parcours et cela se termine là. Je suis toujours en contact avec les jeunes qui sont dans ce film.

Dimitra Bouras et Jean-Michel Vlaeminckx
commentaires propulsé par Disqus