Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/10/2000
Mots-clés : portrait,
 

Aylin Yay

 Née en 1968, années faste pour la contestation (Paris-Berlin-Berkeley) et les Beatles (album double blanc), d'un père turc et d'une mère belge, Aylin Yay de révèle excessivement timide à l'adolescence. Sa mère lui conseille la déclamation. Elle participe donc aux répétitions du théâtre de son lycée, le mercredi après-midi, et, le soir, suit les cours d'interprétation de Henri Ruder à l'Académie de Bruxelles. En 1988, elle entre au Conservatoire dans la classe de Pierre Laroche puis de Bernard De Coster qui la fait jouer dans Le Songe d'une nuit d'été de William Shakespeare. Enthousiasmé par la qualité du spectacle Jean-Claude Drouot le reprend, durant quinze jours, au Théâtre National.
Adepte du contre-pied, Aylin Yay en profite pour passer une licence de Philologie et Histoire Orientale à l'ULB. Pendant ces quatre ans elle ne cesse pas pour autant de faire du théâtre mais doute d'en faire sa profession. Encouragée par Philippe Blasband, elle accepte un rôle dans La ménagerie de verre de Tenessee Williams. Puis elle crée Jeff de Blasband, mis en scène par Frédéric Fonteyne. Valérie Lemaître (à qui nous devons le scénario de l'Insoupçonnable Univers de Josiane réalisé par Martine Doyen) l'emmène dans Ex-Voto, une comédie qui n'a pas fini de faire rire (reprise début de l'année prochaine).
Le cinéma la tente. Ça tombe bien : Isabelle Costantini qui réalise On ferme cherche une tenancière de bistrot. Elle se retrouve derrière un bar, observant l'atmosphère fiévreuse d'un plateau de cinéma . " Le jeu au cinéma est plus tenu que sur une scène de théâtre, c'est un autre type de concentration, explique-t-elle, mais dans les deux cas il faut être vraie même si la manière de l'exprimer est différente. "
Puis c'est Thomas est amoureux de Pierre-Paul Renders, qui reçoit au Festival de Venise le Prix de la jeunesse et le Prix FIPRESCI. Le mois passé, elle a tourné Mireille et Lucien avec Serge Larivière, " une grande histoire d'amour " scénarisée et mise en scène par Philippe Blasband (voir reportage dans notre prochain webzine), suivi de Verrouillage central de Geneviève Mersch, dans lequel elle interprète le personnage central. Une coiffeuse célibataire qui trouve le moyen, grâce à une formule magique, de ne plus l'être. On ne vous en dira pas plus. Aylin Yay aime travailler avec ses copines du conservatoire, Dominique Bayens, Muriel Jacobs ou Valérie Lemaître, avec qui elle forme une bande façon Rivette. Les verra-t-on réunies dans une version belge de La Bande des quatre ?

commentaires propulsé par Disqus