Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/06/2000
Mots-clés : portrait,
 

Benoît Feroumont

Né à Aye, Benoît Feroumont passe ses soirées du vendredi au ciné-club de Marche-en-Famenne où il découvre le cinéma. Lors d' un stage à Caméra enfants admis, il découvre toutes les ressources du dessin et de la narration.
Après des études de dessin à Saint-Luc (illustration et Bande dessinée), à Liège, il s'inscrit à l'école d'animation de La Cambre. Une expérience décisive qui lui permet, grâce à la structure souple de l'école, d'être créatif. En seconde année il réalise Chapeaux, une film d'animation qui reçoit le Prix de la Communauté française à Média 10/10 et servira de tremplin à la diffusion des courts métrages d'animation de La Cambre (Florence Henrard, Luc Otter, Guionne Leroy, etc.). Puis c'est Madame O'Hara qui recueille un plein panier de récompenses et quelques soixante sélections dans les festivals internationaux.
En 1995 il réalise Un ange passe, son film de fin d'études qui le laisse insatisfait et lui donne l'idée de traiter l'histoire de la poursuite d'un homme et d'une mouche. Il en fait le storyboard de Bzz qu'il propose à Geert Van Goethem de S.O.I.L. Celui-ci produit le film qui reçoit le Grand Prix du Festival du dessin animé de Bruxelles, est sélectionné en compétition officielle pour la Palme d'Or des courts métrages au Festival de Cannes 2000 (" ma rencontre avec les autres réalisateurs de courts métrages à été le grand moment de mon festival ") et est sélectionné ce mois-ci au Festival d'Annecy. Tout ça ne l'empêche pas de dessiner Wonder Town, une série publiée dans Spirou.
Feroumont se partage donc entre l'animation et la B.D. Cette dernière permettant de travailler par ellipses. Il estime que les deux types de narration sont incompatibles mais cela ne l'empêche pas de continuer à travailler les deux genres simultanément. Il est aussi partie prenante d'Art Dog, une initiative de Geert Van Goethem qui vise à regrouper les forces vives de l'animation pour créer et produire des courts, moyens et peut-être, pourquoi pas ?, des longs métrages.

commentaires propulsé par Disqus