Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Décembre 2013
 

Camera-etc invite !

« Plus on est de fous, plus on rit ! » Pour honorer ce diction, l'équipe de Camera-etc a convié, lors de sa soirée de projection au cinéma Sauvenière à Liège, les ateliers bruxellois ZOROBABEL et GRAPHOUI. Toute cette joyeuse assemblée était là pour accueillir les deux derniers-nés de l'atelier de la cité ardente : Le Labyrinthe de Mathieu Labaye et Poils de Delphine Hermans. Avant de dévoiler le(s) clou(s) de cette soirée, les hôtes ont mis à l'honneur leurs compatriotes bruxellois avec une sélection plutôt éclectique alliant films collectifs et films d'auteurs.

Pour ceux qui ne l'avaient pas encore vu, c'était l'occasion de découvrir Kin, un film de l'atelier collectif ZOROBABEL, qui plonge le spectateur dans le quotidien de quelques habitants de la capitale congolaise. Les personnages, faits de bouts de bois, de fils et de vieilles canettes, se croisent dans une cacophonie de klaxons, de dialogues lus par un conteur de là-bas, le tout bercé par une musique africaine. Une histoire singulière qui reflète avec brio la dure réalité de la vie à Kinshasa. Misère, corruption et débrouille se côtoient joyeusement dans un beau foutoir fait de bric et de broc. Film didactique où il ne s'agit pas de s'apitoyer sur son sort, mais bien de supporter cette vie en gardant la pêche.

image du film Autour du Lac  de Noémie Marsily et Carl RoosenAutour du Lac de Noémie Marsily et Carl Roosen de l'atelier ZOROBABEL nous emmène dans un tout autre univers, celui où la musique et le dessin se mêlent inextricablement. Clip musical élaboré pour le premier extrait de La Paroi de ton Ventre (second album de Carl et les hommes boîtes), Autour du Lac surprend. Avec son animation, de prime abord, naïve et enfantine et la voix envoûtante, et parfois stridente, de Carl, le film transforme une gentille promenade dominicale en un raid éprouvant et effrayant.

Les gants... Ils vivent à deux. Ils s'aiment. Jusqu'au jour où l'un des deux disparaît. Pour aller où ? Nous l'ignorons, les doigts frigorifiés. Pendant qu'eux... Antje Van Wichelen de l'atelier GRAPHOUI tente de lever le mystère dans son film d'animation en pixillation et stop motion Lost & Found.

Place à la sexualité dans Ma peau aime, une réalisation collective dirigée par Aline Moens de l'atelier Graphoui. Un film qui mêle peinture animée et prises de vues réelles, où la sexualité est vue par des personnes en situation d'handicap mental, dans le cadre d'un groupe de parole "vie affective et sexuelle" au Centre de jour Sésame asbl. Il s'agit bel et bien d'un "peau aime" visuel où les traces de peinture se mélangent aux corps hésitants qui avancent à tâtons, l'un vers l'autre. Entrecoupé par des mots haletés, des soupirs, des rires, le film montre à quel point nous sommes tous égaux et, souvent, tellement démunis face au désir.

Après Orgesticulanismus en 2009, l'animateur de Camera-etc Mathieu Labaye revient avec Le Labyrinthe. Seul. Seul. Seul. Je suis seul. Dans ma cellule. J'en fais le tour. Je m'assieds. Je me lève. Je me regarde. Je m'assieds. Deuxième jour. Je suis toujours seul. Idem. Jour x, toujours seul. Mêmes déambulations. Je deviens fou. Avec ce nouveau film basé sur la répétition, sur une bande-son stridente et dérangeante, le tout baigné dans un décor sombre et glauque, Mathieu Labaye pose la question de l'identité et de l'existence de l'homme quand il est réduit au néant. Le spectateur ne sort pas indemne du Labyrinthe de Mathieu Labaye. Encore faut-il pouvoir en sortir...

poils de Delphine HermansPour terminer joyeusement la soirée, Delphine Hermans a présenté Poils. À l'ère de l'épilation définitive, des corps luisants des hommes imberbes, des campagnes publicitaires envoûtantes pour des jambes et aisselles lisses, l'animatrice liégeoise dit NON. Les poils, c'est sexy. Les poils, c'est doux. Les poils, c'est excitant, envoûtant, enivrant. Après L'enveloppe jaune en 2008, elle remet à l'honneur les relations amoureuses dans ce dernier film "éroticoquin" où elle aborde, avec un ton décalé et absurde, le fantasme de la pilosité. Hommes et femmes velus, à vous l'honneur !

Une belle soirée donc qui s'est terminée autour d'un verre de l'amitié, en compagnie de tous ces joyeux animateurs pleins d'idées originales, parfois saugrenues. Une preuve que l'animation en Belgique francophone est loin d'être en panne d'inspiration et que ces trois ateliers ont encore plus d'un tour dans leur sac.

commentaires propulsé par Disqus