Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/05/2000
Mots-clés : portrait,
 

Gros Plan d'Emmanuel Jespers

Après quatorze ans d'une enfance heureuse et sans histoires, Emmanuel Jespers découvre le cinéma grâce au Studio, un cinéma de quartier. Cette fenêtre vers l'extérieur lui fait découvrir un monde et des histoires qui sont aussi ses histoires. Le cinéma le regarde comme il regarde le cinéma. Kubrick, De Palma (Phantom of the Paradise, en particulier) mais aussi le cinéma fantastique et de science-fiction deviennent des compagnons de route. Il interrompt des études d'architecture pour entreprendre la réalisation à l'IAD. Après Delle, un court métrage de fin d'études et un mémoire consacré à Antonioni, il part en en Croatie, sur l'île de Brac, et nous offre Grandeur et miniature de la Bosnie-Herzégovine, un documentaire de 52' sur les réfugiés bosniaques.
Comment peut-on conjurer le malheur ? Dans Darko et Vesna, qui en est la suite, Jespers raconte l'histoire d'un couple séparé par la guerre qui se retrouve et qui se demande s'il est encore possible d'inventer, ensemble, un avenir pour sa famille.
Le Dernier Rêve, un film de 15', complexe mais pas compliqué, a été sélectionné à la Semaine de la Critique du Festival international du film de Cannes 2000 .

commentaires propulsé par Disqus