Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
juin 2007
07/06/2007
 

Johan Pollefoort

Johan Pollefoort est un passionné de dessin. Il est le réalisateur de Death’s Job, un court métrage d'animation sélectionné à Anima 2007, qui a reçu le prix Cinergie et qui circule dans pas mal de festivals dont celui d'Annecy.
Après avoir réalisé des études d'infographie à Lille, il a décidé de s'inscrire en animation à La Cambre. La BD et l'animation sont ses deux moteurs dans la vie. Il a déjà reçu le Prix Espoir à la Quinzaine de la BD 2006 de Bruxelles pour son projet d’album L’Indépendanse.
Et c'est sa passion pour le dessin qui l’a amené à réaliser des films animés. Autodidacte, il s’est instinctivement orienté vers la bande dessinée. Faire uniquement de l’abstrait ne l’intéressait pas, il voulait raconter des histoires. Lucky Luke, Tardi et Moebius sont les albums qui traînaient sur sa table de chevet.
Pour se préparer à la vie professionnelle, il s’est lancé dans des études d’infographie, et c’est là qu’il a découvert le dessin animé. À la fin de sa formation d’infographiste, n’ayant aucune envie de s’embarquer dans un studio 3D, il poursuit son aventure scolaire à La Cambre, en animation. « C’est une des dernières écoles de dessins animés qui ne se limite pas dans une optique technique, mais où l’artistique a sa place. Ce n’est pas tout d’apprendre les techniques d’animation, encore faut-il savoir raconter une histoire. C’est également une école où les étudiants doivent produire un film à la fin de chaque année d’étude. Pour apprendre, il faut enchaîner les expériences et pas uniquement faire un film en fin d’études. »
Ses BD comme ses films s’inspirent du roman noir. Les techniques de dessin pour la BD ou l’animation sont tout à fait différentes. Autant pour la première discipline, le travail doit être soigné, fignolé, autant pour la seconde, c’est la quantité qui prime !
Dans son prochain film, il fera de la 3D, une bonne manière d’appliquer la technique qu’il a apprise pendant ses études d’infographie. Entre les arts, il y a un fil. Johan est aussi un grand amateur de musique. Il confesse : «J’aime la musique, c’est ma drogue. Et au final, j’aimerais bien que l’on regarde mes films comme on écouterait de la musique ». Jeune talent à suivre...

commentaires propulsé par Disqus