Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
06/02/2009
 

Joseph Rouschop, producteur

Un producteur sachant tisser

entretien Joseph rouschopAu sommet d'une rue à pente raide de la périphérie liégeoise faite de gros pavés luisants où on s'attend à voir déboucher des calèches et des chevaux, siègent les bureaux de Tarantula Belgique. Telle l'araignée, cette maison de production créée en 1996 par Joseph Rouschop étend sa toile. D'une petite entité à employé unique, ensuite en duo avec Valérie Bournonville, elle se compose actuellement de 6 ou 7 permanents logés dans un espace qui se voulait fonctionnel lorsqu'il était moins encombré.

 Après une carrière sociale d'une dizaine d'années dans le milieu borderline de la délinquance, Joseph Rouschop change de voie et décide de dénoncer les injustices plutôt que de les panser. Il se lance dans le journalisme et la réalisation. Se rendant compte qu'il est moins doué pour l'image que pour l'organisation et la gestion, il préfère placer son énergie dans le soutient de projets choisis selon un seul critère; « est-ce que cela me botte ? Est-ce que cette réalisatrice ou réalisateur me sont sympathiques, sont-ils sincères dans leur rêve et sont-ils assez fous pour vouloir le réaliser à tout prix ? » Si à ces questions les réponses sont positives, Joseph Rouschop mettra tout en oeuvre pour accompagner pas à pas, du montage financier jusqu'à la sortie du court, moyen ou long métrage, fiction ou documentaire. Il lui arrive aussi de s'offrir une coproduction, histoire d'élargir les horizons, soit dans le réseau européen Tarantula (comprenant 4 sociétés indépendantes en francophonie : France, Luxembourg, Suisse et Belgique), soit hors circuit familial. Ses derniers dossiers portaient des noms tels que Nue propriété, Le Sel de la mer, La Monique de Joseph ou encore La Cantante de Tango. Derrière un regard sérieux se cache un producteur au nez fin et à la tête imaginative.

commentaires propulsé par Disqus