Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Mai 2016
 

Le Festival International du Film Policier de Liège a fêté ses dix ans

Du 14 au 17 avril, le FIFPL a soufflé ses dix bougies au cinéma Palace à Liège. Un programme encore plus diversifié que les années précédentes avec des projections, des activités, des rencontres, des festivités, un agenda serré autour du film policier. De jeunes figures du cinéma belge au sein des jurys : Déborah François comme présidente assistée, entre autres, par Jean-Jacques Rausin, Fabrice Adde et Olivier Van Hoofstadt sont aux commandes du jury du court-métrage et Mathilde Goffart est présidente du jury jeune.

Festival International du Film Policier 2016Cette année, les joyeusetés ont débuté quelques jours avant le festival avec La Boîte à Images, installée jusqu'au 10 avril à l'Espace Tivoli à Liège. Salle de cinéma éphémère dans laquelle Jean-Pierre Castaldi retrace l'histoire du septième art en une seule séance. Après cette petite mise en bouche, les spectateurs ont pu assister à une projection un peu spéciale sous les voûtes de la Collégiale Saint-Barthélemy de Liège, celle de Sherlock Holmes, réalisé en 1916 par Arthur Berthelet. Ce film muet, adapté de la pièce de théâtre éponyme écrite en 1899 par William Gillette et retrouvé miraculeusement en 2014, a été accompagné ce soir-là par les mélodies de l'organiste Firmin Decerf qui, pendant presque deux heures, nous a fait vibrer.

Une séance un peu magique, il faut bien l'avouer, pour bien commencer les festivités. Huit films venus des quatre coins du monde sont en compétition officielle : c'est le film finlandais Absolution de Petri Kotwica qui remporte le Grand Prix du festival, le Prix du jury jeune européen et celui de la critique. Le documentaire est également mis à l'honneur dans la compétition documentaire dont le prix a été remporté par Un vrai faussaire du Français Jean-Luc Léon. Et, cette année encore, une compétition de courts-métrages a récompensé Ice Scream de Vincent Smitz. S'adressant tantôt à un public adulte, tantôt à un public jeune, la programmation ne s'arrête pas là : des séances pédagogiques côtoient des séances associatives, des séances pour enfants, des avant-premières, etc.

Le FIFPL, c'est aussi un festival qui repose sur l'échange, via notamment des événements un peu particuliers comme la reconstitution d'un procès historique, cette année celui de Violette Nozière, au Palais de Justice de Liège, une ciné-conférence organisée par Dick Tomasovic autour de son ouvrage Shots ! Alcool et cinéma et de la projection de The Public Ennemy réalisé par William Wellman en 1931, des visites nocturnes au Musée Grand Curtius, une exposition sur Sherlock Holmes à la Bibliothèque des Littératures d'Aventures de Beaufays, un concours de jeunes comédiens, mais aussi d'écrivains de romans noirs.

Quatre jours d'une fameuse densité où des jeunes, des plus vieux, des professionnels, des amateurs, des familles, des classes d'élèves, des curieux venus d'ici ou d'ailleurs se sont rassemblés. Oui, parce qu'après dix ans, le mot d'ordre du FIFPL n'a pas changé : il s'agit bel et bien d'organiser un événement basé sur la découverte, l'échange, l'amusement où chacun peut s'y retrouver.

Pour plus d'infos sur le FIFPL

commentaires propulsé par Disqus