Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/11/1998
Mots-clés : critique de cinéma,
 

Léopold et sa valise de acques Vercruyssen et Eric Van Beuren

Bientôt trente ans, déjà... Vrai petit polar à l'accent belge, Léopold et sa valise met en scène un classique tandem de loosers chicanant. Que c'est triste, un cimetière ? Pour mettre du beurre dans les épinards, deux compères fossoyeurs se font complices de l'une ou l'autre arnaque. Ce jour-là, dans une fosse fraîchement creusée à côté de la tombe de Mémé, c'est un butin exceptionnel que les deux malfrats de bas-étage comptent mettre à l'abri. Sur la route du braquage, un flash radio leur apprend qu'ils ont été doublés : Léopold a déjà opéré, tout seul. Et c'est étrangement à l'aise qu'il s'apprête à quitter le pays : pas l'ombre d'un flic, et quant à sa douce et romantique ingénue, elle ne s'occupe pas de savoir d'où vient l'argent de la valise et espère simplement épouser son bandit macho - "quand tu sauras cuisiner !". Pendant que dans leur bagnole, les deux pigeons bavent leurs mitraillettes sauce mayonnaise, les tourtereaux, dans un classieux restaurant, roucoulent devant leur Campari. Après une joyeuse pétarade de pruneaux en dessert, la course-poursuite ramène bientôt jusqu'à la grille du cimetière ensoleillé les Datsun Cherry et autres chromes filmés avec le kitsch des vieilles publicités... Autre duo de choc, les réalisateurs Jacques Vercruyssen et Eric Van Beuren glissent leurs pantins innocents dans un lent cortège funèbre : Léopold est flic, et alors qu'ils imaginent déjà faire double emploi de leur cachette secrète, les deux loustics se jettent tout droit, à petits pas solennels, dans la gueule du loup. Tout juste cueillies, deux drôles de cerises sur un délicieux gâteau.

Léopold et sa valise (1969)
Réal. : Jacques Vercruyssen et Eric Van Beuren. Scé. : Yves Duval. Dial. : François Xavier Morel. Image : Stéphane Adam. Son : André Notte. Mont. : Joseph Dassy et Violette Wacha. Int. : Odette Laurent, Léopold De Guchtenete, Charly Jarry, Joseph Favier. Prod. : ODEC

commentaires propulsé par Disqus