Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/03/1999
Mots-clés : critique de cinéma,
 

Raoul Servais de Stijn Coninx

Après s'être penché sur le genre fantastique ou policier, le trimestriel Court Toujours s'intéresse aujourd'hui aux courts métrages des réalisateurs belges passés au long.
L'occasion pour beaucoup de découvrir les premiers. souvent très réussis des Coninx, Berliner, Bucquoy, Van Dormael, Lehman, Akerman, Le Moine et Hänsel.

Raoul Servais
Elevé au sein des images animées par un père photographe et amateur de Chaplin et Keaton, Stijn Coninx se dirige très naturellement vers des études de réalisation cinéma.
Raoul Servais est le titre de son film de fin d'études à l'HRTICS (1980) un documentaire dans lequel il nous propose une rencontre très aboutie avec un des plus brillants et des plus discrets réalisateur de films d'animation méconnu du grand public mais recordman des distinctions tant nationales qu'internationales (Grand prix du Jury CM à Cannes avec Harpya entre autres). Stijn Coninx rend le meilleur hommage possible, celui d'un réalisateur ébloui par le génie de l'un de ses pairs.
Le film cerne avec finesse le travail et la conception très personnelle et très efficace que Raoul Servais a de l'animation. D'interviews en extraits de courts (Servais n'avait pas encore réalisé son premier et seul long métrage Taxandria) auxquels il juxtapose des plans originaux, Stijn Coninx compose ici un hommage saisissant à l'amour du cinéma. A la vision de ce court, réussi tant sur le fond que sur celui de la forme, on pressent sans peine que le petit a de l'avenir et qu'il a non seulement quelque chose à dire mais également un talent réel pour le réaliser. Le film montre et démontre la vision aussi pédagogique que limpide du travail de Raoul Servais au travers d'un portrait-exposé s'appuyant au mieux sur son talent passionné, talent qu'il mit de nombreuses années au service de l'enseignement du film d'animation à Gand.
La complicité spontanée issue de cette passion commune pour le cinéma de qualité augurera pour Stijn Coninx un parcours exceptionnel de réalisateur de longs métrages. En effet, bien peu de cinéastes de sa génération connaîtront pareil succès public et critique tant pour Hector, Koko Flanel que pour Daens et dernièrement encore Licht, et ce, malgré la diversité de genres auxquels il s'est essayé !

Raoul Servais, 1980, 12', 35 mm, coul. Réal. : Stijn Coninx. Scén. : Stijn Coninx, Noël Degeling, Jean-Pierre Lambert, Bert Boulanger. Int. : Raoul Servais et ses dessins. Images : Mark Voets, Luc Cauwenberghs, Herman Wastiau, Geert Groeseneken. Mont. : Mark Minnaert, Edwin Vander Meersch. Prod. : HRITCS

commentaires propulsé par Disqus