Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Mots-clés : film dessiné
 

Au moins le sais-tu d'Arthur Lecouturier


Illustration Gwendoline Clossais

Une jeune femme s'assoit sur une chaise et attend. Une dame prend place en face d'elle. Immédiatement, avec douceur et empathie, cette dernière entame la conversation de manière interrogative et rassurante. Cette jeune femme veut avorter et elle veut en savoir plus. Sans la juger, mais pour comprendre son souhait et lui confirmer l'importance de son geste tout en l'invitant à ne pas être seule dans sa prise de décision et dans l'expérience qu'elle vivra éventuellement. Sans vouloir s'étendre, la jeune femme lui déclare que son compagnon est décédé et cela semble sceller le tombeau du fœtus.

Alexandra tente de faire le deuil de celui qui est parti trop vite, avec qui elle avait ce projet d'enfant. Elle n'a pas la force d'affronter les murs qui ont vu leur amour grandir et l'enfant se faire. Elle jette, elle enferme, elle se sépare des souvenirs. Elle ne veut rien entendre ni laisser sortir sa peine indicible.

La sonnette qui retentit alors la sort à peine de ses états d'âme. C'est une vieille dame qui lui apporte une tarte, comme petite rémunération d'un truc jeté par Alexandra qu'elle vient de récupérer. C'est à ce moment précis que deux solitudes se rencontrent. L'une qui a eu le temps d'être vécue, apprivoisée et mûrie, et l'autre, trop récente pour être partagée.

Thierry Zamparutti et Gwendoline Clossais
commentaires propulsé par Disqus