Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Mots-clés : film dessiné
 

Bona Nox de Jean-Frédéric « Jules » Eerdekens

Bona Nox, film dessiné par Gwendoline Clossais
Illustration Gwendoline Clossais 

J’en ai vu des gens qui avaient perdu quelque chose ou quelqu’un, et cela leur était insupportable au point de se perdre eux-mêmes. Quand un enfant se retrouve seul avec son papa, c’est de la maman et de la compagne qu’il faut faire le deuil, avec, pour chacun des vivants, une manière bien personnelle d’y arriver… ou pas. La force n’est pas toujours chez celui qu’on croyait. Elle vient parfois de l’innocence, de l’imaginaire d’un enfant.

Alors, autour de lui, l’énergie peut se focaliser, devenir la source d’un espoir qui finit par enivrer ceux qui y croient. Et si c’était possible ? Si le voyage dans le temps permettait de changer ce qui nous chagrine tant, ou plutôt ce qui nous manque tant. Parce que du coup, le chagrin est remplacé par un dynamisme à toute épreuve. L’objectif est placé en face de soi, avec une certitude : on va l’atteindre ! Et on met tout en œuvre pour le faire.

Construire une machine à voyager dans le temps n’est pas une sinécure. Il faut bien l’expérience d’un papa qui doit régresser pour mieux appréhender l’univers précieusement naïf de son fiston qui, lui, mûrit. Les deux font un chemin initiatique qui, au bout du compte, leur apporteront un réconfort essentiel à leur avenir à deux. 

Thierry Zamparutti et Gwendoline Clossais
commentaires propulsé par Disqus