FacebookTwitter
Webzine
juillet-août 2008

Editorial

Vidéo

Entrevue

Critique

Sortie DVD

Evénements

Hommage

Publication

Tendance

Tournage

01/07/2008
 

Entretien avec Arta Dobroshi pour Le Silence de Lorna

(Voir le film)

À 28 ans, Arta Dobroshi, originaire de Pristina, la nouvelle capitale du Kosovo, mais qui se voit plus comme une citoyenne du monde, est la nouvelle trouvaille des frères Dardenne. Et quelle trouvaille ! Un véritable torrent de charme et de spontanéité que Cinergie a rencontré pour vous, l’accent en prime.

Cinergie : Pour commencer, on se sent obligé de vous demander comment a eu lieu la rencontre avec les frères Dardenne ?

Portrait d'Arta Dobroshi, actrice dans Le Silence de Lorna Arta Dobroshi : Ils avaient vu les deux films que j’avais déjà faits en Albanie. Un agent à Paris m’a demandé de me rendre à un casting ouvert à travers l’Albanie, le Kosovo et la Macédoine. Je jouais alors au théâtre à Sarajevo, et je suis allée à Pristina pour des bouts d’essais. Un assistant m’a filmée pendant quelques minutes, juste le temps de dire mon nom et les seuls mots que je connaissais en français : les jours de la semaine ! Plus tard, les frères sont venus en personne à Sarajevo. Ils m’ont filmé toute une journée, en train de faire diverses activités en rapport ou pas avec le film. Ils m’ont alors demandé de venir à Liège pour rencontrer Jérémie (Rénier) et Fabrizio (Rongione), et après deux jours de travail ils m’ont dit : “Félicitations, tu es Lorna”!
Après un cours intensif de français à Berlitz pendant deux semaines, et un mois et demi de répétitions, j’ai commencé à me débrouiller.Le plus important pour moi était de sentir la langue, de me l’approprier, je me suis retrouvée en immersion, je me forçais aussi à écouter des chansons en français et, au final, j’étais bien obligée de le parler !

C. : Votre personnage vit sensiblement le même parcours. À quel point êtes-vous différente de Lorna ?

A. D. : J’ai vécu de la même façon, solitaire, et dans les mêmes quartiers que Lorna pendant les cinq mois de tournage. Je ne voulais pas sortir en boîte ou avoir des activités que Lorna n’aurait pas faites, je ne voulais pas que ça déteigne sur elle. Chaque comédienne a sa méthode, mais moi j’aime être au plus près du personnage. J’écris sa biographie et son journal intime. Le film a été tourné chronologiquement, donc c’était vraiment comme si je vivais sa vie.

C. : Comment avez-vous alors géré l’évolution du personnage vers une sorte de folie ?

A. D. : J’investis un personnage avec tout mon corps et je ne me pose pas de questions. Jean-Pierre et Luc encouragent cette vision au présent. Je n’ai pas eu à intellectualiser mon jeu, tout était très concret et direct, à tel point que ça venait naturellement.

Portrait d'Arta Dobroshi, actrice dans Le Silence de Lorna

C. : Le hasard a fait que lors de la présentation du film à Cannes, vous étiez la première citoyenne du Kosovo libre à représenter ce pays dans une manifestation internationale. Avez-vous senti une responsabilité particulière ?

A. D. : Non, je n’ai pas senti de pression. Comme vous dites, c’était un hasard, j’étais surtout là pour défendre le film. Nous sommes des êtres humains, c’est tout ce qui compte.

C. : Votre jeune carrière est soudain devenue internationale. Vous avez envie de continuer à voyager pour votre métier ?

A. D. : Oui définitivement. Le monde est petit, et je suis mon cœur et ma passion, peu importent les frontières. J’espère pouvoir travailler dans le monde entier, au cinéma comme au théâtre - un équilibre important pour moi.

C. : Vous êtes prête à apprendre combien de langues pour y arriver ?!

A.D.: (Rires) Pour l’instant, j’en connais quatre, mais mon arrière-grand-père en parlait neuf, j’ai encore du travail !

Propos recueillis et mis en forme par Matthieu Reynaert

commentaires propulsé par Disqus