Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/09/1999
Mots-clés : critique de cinéma,
 

Film 1 de Willem Wallyn

Film 1de Willem Wallyn

Le premier long métrage de Willem Wallyn, Film1, est une farce noire et grotesque, nourrie de cynisme et de dérision. Sous des allures de polar mâtiné de politique-fiction, il s'attaque à la crasse journalistique et à l'ordure judiciaire pour mettre à mal cette prétendue morale sociale derrière laquelle chacun se cache tout en se leurrant.
Construit autour de deux procès, Film 1 ne juge pas, il malmène. Pendant qu'au Palais de Justice, la Belgique sanctionne l'affaire Agusta-Dassault, un avocat intègre, pour se venger d'un journaliste qui l'a publiquement humilié, l'enlève, le séquestre et cherche dans sa vie privée de quoi le juger et le salir publiquement.
La mise en parallèle de ces deux " règlements de compte " va rapidement virer au jeu de massacre, le procès Agusta-Dassault servant de toile de fond pourrie au déballage sordide des magouilles du journaliste. Au royaume de la corruption, même les bonnes intentions participent de la gangrène mercantile. A force d'éreinter son pourri de journaliste, notre avocat se découvre tout aussi infecté que lui, au cours d'une descente aux enfers dont il ne sortira que sur le cadavre de sa vie passée.
Film d'hommes, bêtement viril, salement misogyne, Film 1 fait tout pour déplaire, allant jusqu'à confondre la droite et la gauche politiques en une même pantalonnade où l'idée du citoyen responsable et socialement impliqué capote définitivement.
Cela pourrait être lourd, voire franchement abject. Il n'en est rien car Willem Wallyn s'intéresse avant tout aux vivants, leur refusant toute Rédemption, n'appelant de solution finale que sous la forme d'une invitation à l'irrévérence collective. Son film, sorte d'ovni à risques, inconfortable et surprenant, possède une chouette colère et un humour corrosif qui font du bien. Son regard va jusqu'à l'os de son cynisme et si sa mise en scène s'épuise parfois à vouloir trop montrer, si elle sacrifie encore aux effets faciles et aux tics à la mode du langage vidéo, il n'en demeure pas moins que Film 1 est bourré de qualités et que son propos, souvent drôle, est rarement attendu et toujours dérangeant.

commentaires propulsé par Disqus