Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
11/12/2014
Mots-clés : livre, publication, animation, RDC,
 

 Images & Animation. Le cinéma d’animation en Afrique centrale

À la tête de l'Afrika film Festival qui se déroule chaque année à Leuven, Guido Convents est une référence pour le cinéma africain. Journaliste et historien, il a déjà publié de nombreux livres et articles sur ce cinéma. Dans sa dernière publication « Images et animation : le cinéma d'animation en Afrique centrale », Convents nous livre un récit historique captivant et imagé sur le cinéma d'animation en République démocratique du Congo, au Rwanda et au Burundi. 

 Images & Animation. Le cinéma d’animation en Afrique centraleEn Afrique, le cinéma apparaît dès le début des années 20. Les Africains font alors la connaissance de personnages tels que Mickey Mouse, Donald Duck ou encore Woody Woodpecker et ce, grâce à des projections organisées dans plusieurs villes. Convaincue de l'incompréhension des dessins animés par les indigènes, l'administration coloniale retire aux colonisés l'accès aux projections.

Malgré la censure mise en place par les Européens, les Africains ont quand même accès à des bandes dessinées, des ateliers de peintures et de dessins. C'est en 1952, que deux Belges débarquent en Afrique pour réaliser le premier film d'animation africain Les Palabres de Mbokolo. Composée de sept épisodes de douze minutes, cette série réalisée par le Père Van den Heuvel et Roger Jamar, met en scène des contes africains.

Si le cinéma d'animation s'est développé, c'est avant tout grâce aux différentes formations qui se sont organisées dans le centre de l'Afrique. L'atelier « Graphoui », boîte de production bruxelloise et Caméra etc., maison de production liégeoise mettent en place, dès les années 80, des ateliers d'apprentissage dans plusieurs villes africaines.

Congolais d'origine, et formé par l'Atelier Graphoui, Kibushi réalise le premier dessin animé Zaïrois, Le crapaud chez ses beaux-parents. Déterminé à transmettre son talent à de jeunes réalisateurs, il met en place les formations « Afrik'anim'action » à Kinshasa et au Burundi. Elles ont pour but d'accompagner des jeunes créateurs, mais aussi de former des enseignants et des auxiliaires d'animation afin de créer une filière en Afrique centrale et orientale.

À travers ce livre, Guido Convents nous permet de suivre l'évolution du cinéma d'animation africain. Grâce à une narration détaillée et fluide, il nous est aussi possible de découvrir les obstacles et péripéties que les cinéastes africains ont dû affronter.

 

Guido Convents, Images & Animation. Le cinéma d’animation en Afrique centrale, Leuven/Berchem 2014, 150 pages. Cette publication peut être commandée via guido.huysmans@skynet.be. Prix : 15euros. 

commentaires propulsé par Disqus