Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/10/1998
Mots-clés : critique de cinéma,
 

Ketchup de Manu Coeman et Yvan Goldschmidt

Ketchup débute au coeur d'un restaurant très animé où la caméra tourne avant de s'attarder sur un groupe de jeunes en plein débat ou tel couple en pleine discussion sentimentale. L'astuce, et le défi, des deux réalisateurs est de nous entraîner dans un tourbillon de rencontres et de situations avec pour seul prétexte d'articulation le passage de table en table grâce à une bouteille de ketchup. Chaque mini-séquence est prétexte à un numéro d'acteurs autour de la variable amour, plaisant programme. Outre la conception et l'écriture de cette succession de cas de figure qui forcent l'admiration, la réussite de Ketchup vient de ce que les quelques vingt-cinq personnages participant à ce pseudo-plan-séquence se donnent vraiment à fond pour être crédibles en jeunes dans le vent et que d'avoir imaginé et mis en écriture cette succession de cas de figure force à l'admiration. L'éclairage très spécial donne au film un style particulier se référant, semble-t-il, à un certain cinéma contemporain indépendant américain. Il est également à signaler que ce court métrage comporte probablement plus de plans de bouteilles de ketchup qu'aucune publicité n'en a jamais compté, mais si c'est pour l'amour de l'art...

Ketchup, 11'
Réal. et Scén. : Manu Coeman et Yvan Goldschmidt. Prod. : Double Act Production.

commentaires propulsé par Disqus