Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/04/2001
Mots-clés : critique de cinéma,
 

La Fabrique d'anges

 Art brut ou propagande ?
Cauchemar d'illuminé à la limite d'une pathologie gore, univers glauque d'un subconscient déjanté sous perfusion acide, théâtre ésotérique fasciné par sa propre cruauté morbide, la Fabrique d'anges d'Eva Visnyei est tout cela et bien plus.
S'inspirant librement de ces poupées collages aux matériaux biscornus chères aux maniaques du scalpel et de la machine à coudre, ce film d'animation nous précipite sans sommation dans l `atelier halluciné d'un disciple talentueux d'Ed Gein, le plus atteint des serial killers, dont la folie inspira entre autre le très pervers Silence des agneaux. On l'aura compris, Eva Visnyei ne fait pas dans la dentelle pas plus que dans la bluette. Décors enténébrés habités de marionnettes suppliciées, personnages déboussolés aux gestes hantés d'agonies, instruments déments évoquant un goût maladif pour la vivisection et l'hybridation, la Fabrique d'anges peut s'apprécier pour sa seule invention esthétique, nous laissant alors sous le coup de sensations fortes, livrés tout cru à ce souci torturé qui, loin de l'art pour l'art, parie sur la fascination de l'horrible pour l'horrible. Pourtant plus la Fabrique d'anges dévoile ses charmes malsains et plus se découvre, derrière cette débauche d'images au contenu obscur, l'ambiguïté d'un propos qui est loin de nous séduire. Le conflit qui semble opposer une marionnette représentant une mère menaçante et agressive et une poupée enfant qui refuse de lui obéir et se retourne contre elle nous renvoie abruptement au titre du film. De cette fabrique d'anges aux faiseuses d'anges, le pas est vite franchi et il est alors possible de voir dans ce film comme une condamnation vicieuse de l'avortement vu à partir de la lutte pour survivre d'un embryon. Bien ficelé, bourré de qualités plastiques, ce court métrage d'Eva Visnyei pêche par l'hermétisme de son enjeu et surtout par cette éventuelle morale qu'il nous suggère. En définitive, on aimerait en savoir plus et comme on reste sur sa faim, le soupçon nous prend soudain qu'il voudrait peut-être mieux s'en abstenir.

La Fabrique d'anges
Réal. : Eva Visnyei, animation, 7'30

commentaires propulsé par Disqus