Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
07/06/2012
 

La Maison de Vania Leturcq

La Maison, vu par Gwendoline Clossais

 

Illustration : Gwendoline Clossais

C’est une maison isolée dans les pachis ou au mille diables comme on dirait par ici… Une vieille bicoque non dénuée de charmes, avec certes des travaux à faire à l’intérieur, à l’extérieur, un peu partout en somme mais habitable. C’est pour ce jeune couple plus qu’un investissement. C’est un tournant important. Il faut s’y plaire, s’y retrouver, l’aménager, lui réserver un sort qui la rendra « comme chez soi ».

LUI la connait et la kiffe déjà et s’emballe. ELLE semble, d’un côté, gagnée par l’enthousiasme de son amoureux, de l’autre, prudente et dans le doute. L’affaire semble bonne mais à peine arrivé le couple ressent déjà la pression sur ses épaules. Il n’aura que jusqu’au lendemain pour se décider et devancer les autres opportunistes.

Une maison… un couple… On ne peut s’empêcher de penser à un certain parallélisme. Cela se construit sur des fondations solides. Il est difficile d’appréhender avec distance et légèreté ce qui représente aussi symboliquement un certain futur et un engagement certain. Vient alors le moment de se projeter dans une vie possible en laissant de côté les vraies passions, les instants d’insouciances, de liberté… C’est celui du devenir plus mûr au risque de s’y caser. Lourd dilemme.

Thierry Zamparutti et Gwendoline Clossais
commentaires propulsé par Disqus