Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/07/1998
Mots-clés : critique de cinéma
 

Le Cri de l'encre de Caroline D'hondt

Le Cri de l'Encre nous propose, grâce à la caméra médium de la réalisatrice Caroline D'hondt, de prendre part à la perception du monde tel que le conçoit l'artiste-peintre belge Marcel Vandeweyer. Mieux que d'avoir mis en scène le discours de l'artiste et que de filmer son oeuvre, la réalisatrice choisit de composer un documentaire de création permettant à l'artiste de réellement prendre la parole à la première personne. Au mépris de la facilité, Caroline D'Hondt illustre, tant de manière sonore que visuelle, la vision du peintre et malmène son spectateur pour l'emmener au coeur de la réflexion métaphysique de Vandeweyer. Dans la forme, le film accroche et intéresse et la présence puissante que dégage le peintre, tant quand il disserte que quand il peint, n'y est sûrement pas étrangère. Les dessins tracés à main levée, le crissement de la plume sur le papier, gestes simples mais emplis de technique et de sensibilité, sont filmés avec justesse et complicité par la réalisatrice. Une complicité et une certaine transcendance qui a mené Caroline D'Hondt à tourner son documentaire sans autre adjonction de voix ou de commentaires autres que les textes dits par le peintre. De par l' implication artistique qu'il a nécessité, le Cri de l'Encre sort d'office du lot et du tout venant. Documentaire sur l'art belge contemporaini, le Cri de l'Encre parlera à chacun qui s'interroge sur le rôle de l'artiste dans notre société.

commentaires propulsé par Disqus