Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/02/1999
Mots-clés : critique de cinéma,
 

Le Soleil se lève à l'Est de David Haremza

Le Soleil se lève à l'Est

Le Soleil se lève à l'Est de David Haremza

Patrick, un rude et solide fermier, nous parle depuis ses étables de la fierté qu'il éprouve pour sa ferme, sa mère Irène, gérante de l'exploitation et sa femme Johanna, qu'il désigne comme production manager. Lui se contente du titre de manager en chef. C'est donc lui qui logiquement dépense l'argent, comme il aime le souligner depuis sa chaise roulante, séquelle d'un accident de tracteur. L'ensemble montre que cette infirmité n'a pas abattu cet amoureux de la terre. La ferme familiale s'est toujours transmise de génération en génération le plus "normalement" du monde jusqu'à ce que l'accident de Patrick ne vienne radicalement tout remettre en cause. Les hôpitaux, les opérations, la rééducation, autant d'énormes efforts et de temps passé pour, en définitive, ne se déplacer que difficilement avec des béquilles. Situation catastrophique pour une exploitation dont il était l'unique successeur. Mais le destin a offert une deuxième chance à Patrick grâce à une petite annonce à laquelle a répondu Johanna, une agricultrice polonaise aussi travailleuse que dynamique. Depuis cette rencontre, le couple de fermiers commence à caresser un nouveau rêve, celui de reprendre une ferme beaucoup plus grande mais en Pologne désormais. Une ferme dont il espère développer l'exploitation, contrairement à ce qui se passerait en Belgique et dans la CEE où l'agriculture est sans avenir. L'ultime rêve de Patrick avec Johanna est de pouvoir passer le "sceptre" a une de ses filles le temps venu. Le Soleil se lève à l'Est figurait parmi les rares documents traitant du réel, celui d'aujourd'hui, fiché dans le monde que ce cinéma documentaire nous donne à voir, à comprendre. Le film traite sans effets, mais avec une lisibilité immédiate, une situation aussi dense que complexe. Scénarisé et monté avec soin, il capte toutes les facettes de cet amour de la terre sans jamais glisser vers le genre de "magazine qui déshabille".

Le Soleil se lève à l'Est, 16mm, coul., 11'38''
Réal. : David Haremza. Scén. : Christophe Zemko. Image : Xavier Depovere. Prod. : IAD.

commentaires propulsé par Disqus