Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Novembre 2017

Le montage au cinéma

Laissez bronzer les cadavres était au FIFF

La Part sauvage de Guérin Van der Vorst - Au Med

Week-end du Doc - Tango ya ba Wendo, le 17/11

Le BAFF, c'est du 16 au 19/11

Les Bienheureux était au FIFF et sera au Med

Sorties DVD

et également

 

Marlon de Jessica Palud

Les Portes du Pénitencier

 

Marlon, 14 ans, une adolescente modèle et bonne élève, vit depuis peu avec son oncle et sa grand-mère (tous deux adorables) depuis que sa mère, Hélène, est incarcérée.

Contre l’avis de la juge d’instruction, Marlon insiste pour lui rendre visite pour la première fois, espérant d’une manière ou d’une autre trouver dans cette démarche un quelconque espoir, une marche à suivre pour l’avenir. Car depuis le drame (dont nous ignorons la nature, même si un crime passionnel est suggéré), Marlon, lucide et responsable, reste émotionnellement fermée. D’autant plus qu’elle arrive à l’âge où elle se pose des questions sur sa sexualité. Sa mère lui manque à tel point qu’elle passe son temps à essayer ses vêtements, dans le simple et vain espoir de s’en rapprocher. Sur Facebook, sa mère semble encore si heureuse… Tout, dans la vie de Marlon, a changé beaucoup trop vite et l’adaptation est rude. L’adolescente met sa vie totalement en retrait pour attendre la libération d’Hélène, n’admettant pas que la gravité de son crime risque de la retenir derrière les barreaux pour de longues années.

La rencontre ne se passe pas comme prévu. La chaleur maternelle d’une première étreinte laisse la place à un étouffant sentiment de malaise. Marlon avoue à Hélène ne pas être prête à vivre sans elle. Mais elle ne reconnaît plus cette femme violente et caractérielle qui hurle de plus belle sur un couple qui se bécote au parloir. La vérité c’est que sa maman se livre là à un geste d’amour maternel insoupçonné par Marlon : en la rejetant, en modifiant son comportement, en lui interdisant désormais de venir lui rendre visite, elle « libère » sa fille d’un terrible fardeau et lui permet d’aller de l’avant, de se concentrer sur cette vie qui ne fait que commencer. On se dit alors que les chaudes larmes de l’adolescente à la sortie du pénitencier laisseront plus tard la place à de nombreux sourires, peut-être même au bonheur…

Drame déchirant sur le terrible et soudain désarroi que subit une jeune fille confrontée trop tôt à la perte, Marlon est également le portrait d’une mère perdue et de sa rédemption par un douloureux sacrifice d’amour.

Touchante et sobre dans le rôle-titre, la jeune Flavie Delangle est une véritable révélation.

commentaires propulsé par Disqus