Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
juin 2007
07/06/2007
 

Mr Nobody de Jaco Van Dormael

Onze longues années après Le huitième jour, le nouveau projet de Jaco Van Dormael est… un livre ! Ou plutôt, et la figure est encore plus surprenante, un scénario publié avant même le tournage du film ! Mr Nobody devrait être sur nos écrans dans le courant de l’année prochaine, avec un casting international. Cinergie a parcouru pour vous un catalogue de promesses très ambitieux.

L’affaire est entendue. Dans les écoles de cinéma, la première chose que l’on apprend à nos scénaristes en herbe c’est qu’un script n’est pas une œuvre littéraire, mais un document de travail, un document technique. Certains de ces « documents » trouvent le chemin des librairies, comme par accident, si le film a marqué les cinéphiles (grâce notamment à la petite bibliothèque des Cahiers du Cinéma).

Jaco Van Dormael n’a visiblement pas le même rapport à l’écriture. Ça fait tout de même longtemps que l’on entend parler de  Mr Nobody  et il semble que le réalisateur ait bâti une relation fusionnelle avec son nouveau bébé. De sa préface, il ressort le sentiment que cette publication est une sorte de contrat passé avec le spectateur. Voici à quoi ressemble son film rêvé, « avant de plonger mes mains dans le joyeux bouillonnement du réel ». On imagine qu’en onze ans d’absence, Van Dormael a connu des frustrations, des projets avortés. Mr Nobody, le livre, prouve que  Mr Nobody, le film, a existé, quoi qu’il arrive. Et l’auteur de prendre sciemment ce risque : « Vous trouverez peut-être ma version moins bonne que la vôtre ».

Du point de vue du lecteur, il faut dire que Van Dormael laisse beaucoup à notre imagination puisqu’il allège en grande partie son scénario des notations techniques ou stylistiques. L’écriture est directe, rythmée, et nous entraîne efficacement dans un tourbillon d’émotions. Car le livre démarre à toute allure. On se perd, avec délice, dans cet univers défiant le rationnel, on se passionne à deviner comment la réalisateur rendra tout cela à l’écran.

On retrouve dans Mr Nobody de nombreuses obsessions qui traversent les autres œuvres de Van Dormael. Particulièrement Toto le héros. Némo Nobody est, par exemple, amoureux de sa sœur. Le récit est mené par le doyen de l’humanité de 2092, qui nous livre des souvenirs depuis sa naissance même, avec une part de fantasme, comme dans le premier film de Van Dormael. Sauf qu’ici, rien n’est sûr, tout peut recommencer, être réinterprété, partant du principe que « tant qu’on ne choisit pas, tout reste possible ». Le vieux Némo se livre donc à l’exploration des possibles de sa vie passée, tandis que le cinéaste explore les possibles de son art, nous baladant d’une mégalopole futuriste à une chambre à coucher, d’une scène de thriller à un vieux labo.

On se réjouit de voir revenir « Jaco » au cinéma, dans un projet qui a le potentiel de renouveler son univers tout en creusant le même sillon. Quant à la publication du scénario, si la lecture en est très agréable, son principal effet reste… de donner envie de voir le film. Ce qui n’est sans doute pas plus mal pour Van Dormael !Une ambition affichée qui a emmené le film hors de nos frontières. Le tournage principal aura lieu au Canada. Dans le rôle titre, Jared Leto, une gueule d’ange qui monte à Hollywood. On l’a vu en toxico dans Requiem for a Dream, en amant d’Alexandre le Grand dans le film d’Oliver Stone, et il donnait la réplique à Nicolas Cage dans Lord of War. Son amour tragique sera incarné par la canadienne Sarah Polley, membre du jury du festival de Cannes 2007, actrice dans le dernier Wim Wenders, mais aussi réalisatrice (Away from her bientôt sur nos écrans).

Mr Nobody, Jaco van Dormael, Stock.

 

 

 

 

 

commentaires propulsé par Disqus