Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/08/2001
Mots-clés : critique de cinéma,
 

To Be or not to Be de Peter Woditsch

Spectral? En effet. Guildern et Rozencrantz ? Point, vous n'y êtes pas. Shakespeare ? Gagné. Or doncques, William Shakespeare citoyen de Stratford, dont l'identité continue à alimenter la chronique historique prend figure humaine dans To be or not to be, le film de Peter Woditsch. " Bonjour Monsieur Shakespeare " lui lance une servante qui lui offre un baquet d'eau fraîche afin qu'il chasse les dernières images de ses cauchemars nocturnes. Il plonge la tête dans la bassine, la ressort et nous voyons, en plan serré, son visage penché (celui d'un chauve à moustache) reflété dans un miroir, face caméra, le regard allumé fixant non pas vos neurones mais les siennes et murmurant : " la question, quelle est la question ? " - " Vous n'êtes pas sur scène ici " lui répond la servante. " Le monde entier est une scène " répond-il sentencieusement. Se mettant à sa table de travail le dramaturge écrit à la plume d'oie sur un parchemin : " Etre ou ne pas être ". Surgissent dans l'ordre, les acteurs interprétant Roméo et Juliette désirant changer la fin de la pièce, Ophélie muette ou son spectre et, enfin, le joyeux Falstaff qui s'emparant de la plume de Bill corrige la scène d'Hamlet (acte III, scène 1) : " That is the question ! " Bill retrouve l'inspiration poursuivant : (comme le réalisateur, nous ellipsons une partie du texte) " Mourir, dormir ; dormir...rêver peut-être. C'est là le Hic ". Cut.


commentaires propulsé par Disqus