Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/03/2001
Mots-clés : critique de cinéma,
 

Tous à table d'Ursula Meier

Festival de Clermond-Ferrand
Présenté au dernier Festival de Clermont-Ferrand, Tous à table d'Ursula Meier, produit par Denis Delcampe, a obtenu le Prix de la presse, le Prix de la recherche et le Prix du public. Les familiers de notre webzine connaissent bien Ursula Maier. Dès la vision du Songe d'Isaac, nous avions été fascinés par le style d'une réalisatrice dont nous avons suivi tous les films : Des heures sans sommeil, Autour de Pinget et le dernier, Tous à table, qui a enthousiamé notre collaborateur Philippe Simon.

Tous à tableTous à table d'Ursula Meier

Rabat-joie, s'abstenir
Y a-t-il une façon de nous surprendre propre à Ursula Meier, une manière bien à elle de nous conforter dans un sentiment de déjà vu puis de nous précipiter d'étonnement en surprise vers des territoires pour le moins inhabituels ? Déjà dans son documentaire Autour de Pinget, elle détournait la proposition d'un portrait d'écrivain pour s'attacher à l'esprit de la lettre propre à l'auteur en nous proposant un film sur les incertitudes de l'identité qui avait de quoi étonner. Avec son dernier film, Tous à table, un moyen métrage de fiction ayant un petit air de famille avec le meilleur de Dogma, elle réussit un coup de maître dans le domaine de l'inattendu et signe un petit bijou d'humour, d'intelligence et de plaisir cinématographique.
L'histoire simple se résume facilement. Un repas d'anniversaire joyeux où des convives enivrés, tout à l'insouciance d'être ensemble, causent, chantent et se laissent aller à plaisanter. L'un d'eux propose une devinette et chacun de s'ingénier à en trouver la solution. Le ton monte, la difficulté d'élucider l'énigme crée des tensions, met en évidence les rapports de force qui agitent tout un chacun et la fête vire au psychodrame, n'attendant qu'une allumette pour éclater en jeu de massacre.
Jusqu'ici, rien de bien nouveau si ce n'est déjà les qualités de réalisation d'Ursula Meier. D'abord, la précision de sa direction d'acteur qui, fondée sur le meilleur des improvisations de ses comédiens, tous excellents, joue avec brio la carte de la crédibilité des situations. Ensuite, la présence de sa caméra, toujours en situation, qui se coule avec justesse dans cet effet d'impromptu, amplifiant encore la spontanéité des émotions et des conflits qu'elle capte comme ils surviennent. Enfin, son art du montage qui trouve la durée exacte de cette mise sous tension psychologique et tient la gageure d'un suspens auquel le spectateur échappe difficilement.
Pourtant, il faut attendre la fin du film pour se rendre compte qu'Ursula Meier ne nous a pas conviés à jouir des charmes d'un exercice de style particulièrement bien ficelé. La solution de l'énigme, mise en images par un Vincent Patar et un Stéphane Aubier au mieux de leur forme, claque comme une magnifique baffe à la face du cinéma psychologique, retournant comme un gant les affres du : " l'enfer, c'est les autres " en un immense éclat de rire qui n'est pas près de nous quitter.
Sans avoir l'air d'y toucher, pratiquant une provocation toute en nuance, Ursula Meier malmène les bases de ces vertus qui font les films si humainement pareils à nous. Avec cet humour un rien noir et qui est déjà une autre façon d'aborder la vie, elle se rit des prisons où nous nous égarons trop souvent en suivant nombre de personnages de ciné et nous invite au fou rire ravageur, nous amenant à revoir son film avec l'impertinence d'un formidable pied de nez aux conventions.
Tous à table est un film qui fait un bien fou, à voir et à revoir, et Ursula Meier, une cinéaste à suivre et de près.

Tous à table
35mm, format : 1.66, couleur et noir & blanc, 30'
Réal. : Ursula Meier. Image : Tommaso Fiorilli. Son : Philippe Vandendriessche, Gaëlle Gauthier, Hervé Blieck. Mont. : Julie Brenta et Marc Bastien. Int. : Stéphane Auberghem, Bernard Breuse, Philip Busby, Anne Carpiau, Circé Lethem, Sabrina Leurquin, Magali Pinglaut, Georges Saint-Yves, Bernard Sens, Jean Vercheval, Laurence Vielle, Joëlle Waterkeyn. Prod. : Need Productions, PCT Cinéma & Télévision, Au large de l'Eden, l'AJC, avec l'aide du Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel et des Télédistributeurs wallons.

commentaires propulsé par Disqus