Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Janvier 2013
 

Au cul du loup de Pierre Duculot

Retour aux sources

Diplômé en philologie romane, enseignant, scénariste, critique de cinéma, programmateur de festivals, Pierre Duculot compte plusieurs cordes à son arc. Après deux courts métrages, Dormir au chaud et Dernier Voyage, il a osé, non sans craintes, le format long avec Au cul du loup sorti sur nos écrans en 2011. Diffusé dans de nombreux festivals, le film a reçu le Prix du Public ainsi que le Grand Prix (La Licorne d’Or) lors du festival international du film d’Amiens. 

jaquette dvd Au cul du loupAu cul du loup est l’aventure de Christina qui, à l’aube de ses trente ans, entame une crise existentielle. Elle ne sait plus qui elle est, ce qu’elle veut faire, avec qui elle veut être, où elle veut habiter. Elle veut vivre. Tout simplement et sans doute plus que jamais. Cette remise en question survient au décès de sa grand-mère qui lui a légué une vieille bicoque en Corse. Un petit coin de ciel bleu qui s’immisce dans sa vie morne et monotone qu’elle partage avec sa famille et son compagnon Marco à Charleroi. Intriguée, la jeune femme hisse les voiles. Sans bagage. Sans réfléchir. Cette décision va à l’encontre de l’avis de ses pairs qui lui conseillent de revendre. Plus obstinée que jamais, Christina part à l’aventure sur l’île de beauté. Ce voyage au bout du monde, ce retour aux sources, sera déterminant pour elle, mais également pour ses proches.

Cette fuite nécessaire bien qu’effrayante vers une contrée inconnue est un thème récurrent dans l’œuvre de Pierre Duculot qui l’avait déjà exploité quelques années auparavant dans Dormir au chaud. Dans ce court métrage, inclus judicieusement dans la version DVD, Sandrine, jeune adolescente paumée, quitte le foyer familial pour se construire, se connaître. Elle est accueillie par une vieille fermière qui, malgré son air ronchon, va lui permettre de reprendre confiance en elle. Même si son destin n’est pas tout tracé, Sandrine a trouvé la force pour avancer. Le parcours de cette adolescente présente évidemment des similitudes avec celui de Christina malgré les années qui séparent les deux personnages, tous deux incarnés par Christelle Cornil.

Comme l’explique Pierre Duculot, dans l’interview incluse dans les bonus du DVD, il privilégie un travail en amont avec ses comédiens. Il a, par exemple, beaucoup discuté avec Christelle Cornil au sujet de Christina pour construire une biographie précise du personnage, de sa naissance à aujourd’hui. Ces recherches antérieures accentuent l’effet de construction permanente propre à cette femme constamment bercée entre un ici et un ailleurs. Les images du tournage reflètent agréablement le mode de fonctionnement du réalisateur : s’entourer d’une équipe décontractée. Résultat : une bonne ambiance sur le plateau et un travail consciencieux basé sur la confiance et sur l’énergie de chaque comédien.

Le film présente aussi la rencontre entre deux mondes a priori antithétiques : le Hainaut et la Corse, les acteurs de Charleroi (Roberto D’Orazio), et ceux de l’île aux accents typiques, les paysages belges gris et tristes et les images insulaires idylliques, l’enfermement et la liberté. Cependant, Pierre Duculot ne nous vend pas du rêve. Son cinéma est brut, sans faux semblant. Il dépeint la vie telle qu’il la voit, sans tricher.

Au Cul du Loup, c’est un peu comme une quête du Graal. Le roi Arthur se lance dans l’aventure, défie ses adversaires, affronte ses peurs, déjoue les pièges et en sort vainqueur. Qui ne tente rien n’a rien, c’est aussi simple que ça. 

commentaires propulsé par Disqus