Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
janvier 2007
12/01/2007
 

Best of Anima 3

Cela fait un quart de siècle maintenant que l’asbl Folioscope, réalise un remarquable travail de promotion du cinéma d’animation sous toutes ses formes, notamment par le biais du Festival International du dessin animé et du cinéma d’animation de Bruxelles. Grâce à l’opiniâtreté de ses promoteurs, ce dernier, devenu Anima, s’est imposé au fil du temps comme l’une des plus importantes manifestations au monde consacrée à ce genre cinématographique dont plus personne aujourd’hui ne conteste sérieusement l’importance. Et depuis quelques années, Folioscope, associé à Cinéart, permet aux aficionados du festival de retrouver, dans un DVD, le meilleur de la sélection annuelle. Une plaquette sobre mais de grande qualité : pas de livret, mais des films, des films et encore des films. En bref, les courts métrages primés aux compétitions nationales et internationales d’Anima, plus quelques coups de cœurs des organisateurs, toujours judicieusement choisis.

Best of Anima 3Particularité de cette année à l’occasion de sa 25ème mouture, le festival avait demandé à 25 réalisateurs de marquer le coup avec un petit film d’animation original de 5 secondes.
Et la fine fleur de l’animation belge de répondre présent : Vincent Patar, Stéphane Aubier, Raoul Servais, Piet de Rycker, Vincent Bierrewaerts, Cécilia Marreiros Marum, Florence Henrard, Guionne Leroy, Manu Gomez, Louise Marie Colon, Piet de Rycker, Cédric Deru, William Henne, Paul Demeyer, Benoît Feroumont, Olivier Marcoen, Willy Kempeneers, Jonas Geirnaert, Vincent Kesteloot, Corinne Kuyl, Guy Pirotte, Hans Spilliaert, Bruno Wouters, Stefan Vermeulen, Vivian Miessen, Kim Keukeleire, Michel Lefevre. Un feu d’artifice de fusées éclairantes de tous les genres et de toutes les couleurs : 25 séquences animées que les festivaliers ont pu découvrir en boucle sur les écrans du Passage 44, et qu'on retrouve avec plaisir dans les bonus de cette édition.

Quant à la programmation proprement dite, elle passionnera tous les amateurs d’images animées.
Côté belge, vous avez déjà pu découvrir dans Cinergie Slow Motion de Pascal Adant, Prix du Public de la compétition nationale, et Là-haut, de Remi Durin, prix du studio ‘L’Equipe’ dans cette même compétition. On y retrouve aussi De Sussen en de Geuzen de Dieter Dresselaers, Prix de la SACD. Dans un style inventif et solidement rythmé, il y présente la rivalité de deux fanfares qui s’opposent en joutes bruyantes. Pôle Sud, de Frédéric Hainaut, prix SABAM, conte, lui, la galère d’un musicien de Jazz à Anvers. Et pour la bonne bouche, le Grand Prix de la compétition nationale : Hot Dog, de Joke Van der Steen et Valere Lomme. Deux petits renards, grands amateurs de hot dog dérobent les saucisses destinées à un orphelinat. Une histoire qui aurait pu bien mal se terminer sans l’intervention inopinée d’un brave sanglier. La recette du succès ? De l’inventivité, une touche résolument contemporaine et beaucoup d’humour.

Du côté de la compétition internationale, deux films français, un britannique et un américano-russe. Ce dernier, Milch d’Igor Kovalyov, est produit par les célèbres studios californiens Klasky Csupo et a obtenu le Prix du Meilleur court métrage professionnel. C’est une histoire à la russe, pas très rigolote mais plutôt émouvante, d’un petit garçon qui découvre trop tard combien il aimait ses parents et sa famille. Versus, Prix du Public, plonge avec talent dans le nonsense (genre difficile s’il en est) pour nous raconter les aventures un peu folles de deux clans de samouraïs qui se disputent par tous les moyens un bout de rocher perdu en plein milieu de l’océan. Nocturne de Guillaume Delaunay, meilleur court métrage étudiant de la compétition, nous laisse admiratifs par sa technique et la maturité du sens artistique dont fait preuve son jeune concepteur. Il précède le Grand Prix de la compétition internationale 2006 : City Paradise, de Gaëlle Denis. Cette dernière présente une vision très personnelle, mais splendide, de la ville de Londres vue à travers les yeux d’une jeune Japonaise qui y débarque pour la première fois.

Trois coups de cœur, sélectionnés par le festival, complètent cette programmation. Kutoja, de Laura Neuvonen et Petteri Pasanen nous vient de Finlande et ne vous fera plus jamais voir le tricot de la même façon. Ensuite, le film très sensible de Regina Pessoa, Histoire tragique avec fin heureuse,  une coproduction entre la France, le Canada et le Portugal, a obtenu le Grand Prix du Festival d’Annecy 2006. Réalisé en résidence à Folimage, le film raconte l’histoire d’une petite fille qui se prenait pour un oiseau, à moins que ce ne soit celle d’un oiseau enfermé dans le corps d’une petite fille. Des thèmes proches de l’adolescence (difficulté de vivre sa différence, malaise par rapport à son propre corps, désir de mort…) donnent un film fort, très intelligemment construit, et dont l’aspect mortifère est habilement atténué par une pirouette finale, très poétique. Enfin, Maestro de Geza Toth, Hongrie, qui nous conte la solitude du concertiste avant d’entrer en scène.

En bonus, outre les cartons d’anniversaire des 25 animateurs belges cités plus haut, la bande-annonce du festival et les traditionnels autoportraits des réalisateurs présents, on a la surprise de découvrir une « carte postale », signée Fred Jannin et Laurence Bibot. Il s’agit en fait d’une petite animation sous forme de clip musical où nos deux compères nous chantent leur dernier tube C’est moi qui fait les voix sur les dessins animés, où l’ambiance du Comic Strip de Gainsbourg se mêle joyeusement à celle d’Elle me fait "Pouet-Pouet".

Rien à redire sur la qualité d'une sélection que tout amateur aura plaisir à inclure dans sa dévédéthèque. Pas davantage sur la reproduction de l'image et du son, parfaits. Ce DVD qui permet de se remémorer les meilleurs moments de l’édition 2006 d’Anima constitue également une parfaite introduction à l’édition 2007 qui se profile à l’horizon. C’est en effet comme de coutume aux vacances de carnaval que nous retrouverons le cru 2007. Un festival qui bouleversera ses habitudes puisque, contraint de quitter le Passage 44 qui l’hébergeait depuis des lustres, nous le retrouverons dans les locaux de l’ancienne maison de la radio, Place Flagey. Qu’on se le dise !


Best of Anima 3 DVD 9, couleur, PAL, Audio stéréo 2.0. V.O. S.t. FR/NL. Durée approx. 90'.
Une coproduction Folioscope/Cinéart. Distribution : TWIN PICS.

commentaires propulsé par Disqus