Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Mots-clés : sortie en DVD, Etats-Unis,
 

Blood Ties de Guillaume Canet

O'Brother

Très coté aux USA après le succès de son second long métrage Ne le dis à personne, Guillaume Canet traverse l'Atlantique et atterrit au cœur de "La Grosse Pomme" dans les seventies. Co-écrit avec James Gray, cette adaptation des Liens du sang de Jacques Maillot - dans lequel jouait Canet - aurait pu être un polar haletant. Le pari n'est hélas pas tenu. 

jaquette dvd blood ties New York, 1974. Chris (Clive Owen) sort de prison après douze ans. Il est accueilli par sa famille, et notamment son cadet, Frank (Billy Crudup), devenu un flic réputé. Bien que rivaux depuis l'enfance, Frank soutient son aîné dans sa réinsertion et l'aide à renouer avec sa femme Monica (Marion Cotillard). Mais ses tentatives ne font pas long feu et Chris repasse très vite du côté obscur de la force. Pour Frank, Chris n'est dès lors plus rien. Mais les deux frères semblent liés à jamais...

Blood Ties s’offre des comédiens fantastiques (James Caan, Mila Kunis, Zoe Saldana...) qui s'en sortent avec les honneurs, hormis une Cotillard à côté de la plaque et un Matthias Schoenaerts hélas, sous-utilisé. Ce casting de prestige a t-il été un trop grand poids pour les épaules de Canet ? C’est ce que l’on éprouve devant une première partie un peu poussive dans laquelle le cinéaste ne parvient que difficilement à hiérarchiser ses personnages. Ne sachant choisir entre à l’intrigue policière et le dévoilement des sentiments, le réalisateur s'embourbe alors dans un film choral. Heureusement, il resserre le cadre autour des deux frères dans la deuxième partie, et se cantonne, à raison, au registre du polar, les "liens du sang" trouvant alors toute leur justification. Bien servi par la très belle photographie de Christophe Offenstein, la reconstitution du Brooklyn de l'époque est remarquable, tout comme certaines scènes d'action.

Le making-of du DVD édité par Lumière est assez intéressant : Canet explique ne pas avoir voulu rendre hommage au Nouvel Hollywood et au cinéma des 70' en général… On s’étonne devant ce pastiche sage et appliqué. Pourtant, tout était là : un casting impeccable, une photo admirable, une reconstitution soignée, mais manque sans aucun doute l’essentiel, la magie. 

Blood Ties est édité et distribué par Lumière.

 

commentaires propulsé par Disqus