Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
octobre 2008
08/10/2008
Mots-clés : sortie en DVD,
 

C’est tout moi de Virginie Hocq

c'est tout moi de Virginie Hocq

Virginie Hocq est une comédienne sortie du conservatoire qui joue désormais le chef d’orchestre ou la femme-orchestre dans une série de sketchs mentalement zinzins. Des portraits d’entomologie super bien captés. Balaise Virginie.
Fuyez l’intro qui n’a pas le moindre intérêt et découvrez l’univers surréaliste à la puissance deux de la maison de retraite avec les saintes nitouches et les vieux schnoques. La liste des courses, super connu devenu, toujours aussi sidérant (un coucou de chez coucou) sur la sexualité quotidienne d’un couple autement plus collé-collé que les bidules porno sur internet. Vous me direz que la jouissance des femmes c’est plus complexe, regardez Sainte Thérèse d’Avila. D’accord mais quid du désir des hommes « Pour avoir la vérité d’un homme, on ferait bien de savoir quelle est sa femme. J’entends, son épouse à l’occasion et pourquoi pas ? » (1)

L’Institutrice nous montre les mouflets en abeilles et en bourdons avec une instit. Hystérique. J’suis crevé c’est grosse fatigue en chenille, hal-lu-ci-nant.
Autre sketch balèze Le Speed dating. Dialogue de meufs célibataires cherchant un mec, en l’occurrence Jibi ou Jean Baptiste à qui elle se présentent, l’une après l’autre. Anne-Catherine, grande bourgeoise a un souci : « Je ne prends pas dans le cul ». Cécile toujours vierge à 29 ans. Séverine la meuf-mec lance à Jibi : « pédé, tu n’aimes pas le foot ». Marguerite aime biberonner les Margharita, ivre d’ivresse, toujours sur la route du rhum. Claude la psychanalyste, tu es (ou tu hais) donc tu paies. Karine la jeune meuf coincée par le prénom de Jibi.
Plein de Bonus intéressants, C’est tout elle, Ma Copine Sarah qui permet de mieux comprendre Frankie, le handicapé et surtout Psy-cause, des inédits que les fans de psychanalyse apprécieront.

C’est tout moi de Virginie Hocq, édition Studio Canal, diffusion Twin Pics.

(1) Jacques Lacan. Pour ceux que le sujet intéresse ou amuse liront avec intérêt d’Un discours qui ne serait pas du semblant, Séminaire XVIII.

commentaires propulsé par Disqus