Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
08/01/2009
 

Cinematek : Met onze jongens aan den Ijzer de Clemens De Landtsheer.

"De toutes les guerres, celle que je préfère..."

Cinematek : Met onze jongens aan den Ijzer de Clemens De Landtshee

La collection DVD Filmarchief de la Cinémathèque Royale de Belgique nous propose une nouvelle édition de Avec nos gars à l'Yser de Clemens De Landtsheer, accompagnée de ce sous-titre "Cinéma de propagande et Première Guerre mondiale". 
En l'occurrence, le film proposé ici est une œuvre à la gloire du nationalisme flamingant, et si, dans un premier temps, on peut s'interroger sur la nécessité actuelle de relayer un tel discours partisan, la découverte du DVD, le travail historique et l'érudition qui l'accompagnent, enlèvent très vite à cette question sa première pertinence. 

En effet, l'enjeu de ce DVD est totalement étranger à l'idée de donner une quelconque crédibilité à cette idéologie nationale qui, à la vision du film, semble bien percluse de rhumatismes.

Car ce qui frappe dans l'actualité du film de Clemens De landtsheer dépasse, et de loin, l'ordre du discours et tient dans le fait de nous rendre sensible cette articulation, cette mise en scène si particulière entre images d'archives et commentaire idéologique. De là l'importance de ces questions : qu'est-ce qui porte le cinéma de propagande ? Quel rôle et quels enjeux président au cinéma militant et avec quelles conséquences ? Quelle place accorde t-il au spectateur, et comment joue t-il d'une vérité unique qui prétend s’accaparer la totalité du réel ? Autant de questions que la vision présente d'un tel film semble tirer de l'ombre tout en rendant à la poussière de l'histoire les prises de position qu'il défend.
Car bien loin de toucher l'intelligence du spectateur par le premier degré de sa problématique, Avec nos gars à l'Yser appelle aussi une réflexion sur ce qui reste après le passage du temps. Ce qui s'érode est précisément l'engagement partisan alors que ce qui fait trace, dépôt, mémoire tient dans cette vie des hommes et l'insupportable bêtise qui les conduit à la perdre. En définitive, ce qui nous touche aujourd'hui tient sans doute dans la charge émotive, dans cet impact affectif qui rend inacceptable et le crétinisme guerrier et la prétention nationale. 

Document fascinant dans ce qu'il met en cause, le film de Clemens De Landtsheer est aussi une sorte d'anthologie exceptionnelle d'images de la guerre 14/18 version belgo flamande. À ce titre, il donne à voir, avec cette acuité de regard que possèdent certains documents du muet, l'intolérable quotidien de la vie au front et comment les images, une fois prises en otage par un discours idéologique, peuvent y adhérer ou au contraire subvertir la proposition qui veut se les soumettre.

Le DVD s'accompagne de quelques bonus, excellents à plus d'un titre. Ils nous permettent de comprendre qui fut Clemens De Landtsheer, comment il milita au sein de ce mouvement flamingant et comment il créa sa propre maison de production : Flandria film. À partir de la fin des années 20, il devait réaliser un certain nombre de bandes de propagande que nous pouvons découvrir parmi les bonus : 10ème pèlerinage de l'Yser de 1929 ou cet hommage à Jules Van Hevel de 1935. 

Enfin, retenons cette surprise. Clemens De Landtsheer filmait aussi ses compatriotes pour le plaisir et parmi les bonus, on découvre cet instant magique : Hiver au pays. Fêtes hivernales à Tamise de 1933-34 qui nous montrent les joies du patinage, petite bande étonnante par sa façon de rendre compte d'un plaisir collectif qui, après les vérités idéologiques, nous raconte très simplement la force singulière d'être de quelque part.

 

commentaires propulsé par Disqus