Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
mai 2008

Vidéo

Entrevue

Critique

Sortie DVD

Arrêt sur image

Dossier

Evénements

Film dessiné

Hommage

Publication

01/05/2008
 

Cuba, Une odyssée africaine

cuba une odyssé africain dvdPremières images : Nelson Mandela fraîchement sorti de prison se rend à Cuba pour saluer Fidel Castro. Une rencontre insolite ? Le grand homme de paix serrant la main du grand homme de guerre ? Pas si insolite que cela ! Ainsi, ce film-fleuve de plus de trois heures va nous dévoiler dans les moindres détails tout un pan de l’histoire de la Guerre Froide dans ses épisodes les plus injustement méconnus : le rôle stratégique et décisif que Cuba et son dirigeant au cigarillo ont joué sur le continent africain en guerre contre le capitalisme sauvage, le socialisme, le colonialisme, la domination, l’exploitation et l’oppression, en aidant, armes au poing, les peuples noirs à acquérir leurs indépendances nationales respectives. 

Depuis l’épopée de Che Guevara au Congo, parfois hilarante car digne des meilleurs films d’espionnage, jusqu’au triomphe des troupes cubaines en Angola contre l’armée sud-africaine de l’Apartheid, le documentaire de Jihan El Tahri retrace avant tout les destins tragiques mais glorieux d’une poignée de jeunes révolutionnaires comme Patrice Lumumba et le Che au Congo, Amilcar Cabral en Guinée-Bissau et Agostinho Neto en Angola, mais surtout nous fait le portrait d’une Guerre Froide inconnue, ne se limitant plus aux sempiternels blocs Est-Ouest mais rétablissant une vérité historique à quatre pôles que l’on a décidé d’oublier. 

cuba odyssée africaine extraitPassionnant de bout en bout, faisant le portrait souvent flatteur d’un Fidel Castro charismatique en diable, ici présenté plus comme un « super-mercenaire à louer » que comme le dictateur cruel décrit habituellement, Cuba, une Odyssée africaine est un film étourdissant car, preuves à l’appui, il argumente chacune de ses hypothèses par de nombreuses images d’archives, de témoignages des responsables de l’époque (tous pays confondus) et par une narration très habile à résumer sans simplifier les milliers d’événements qui eurent lieu entre 1961 (Lumumba s’opposant à Baudouin et Mobutu) et 1991 (la libération de Mandela).

Cette critique est parue dans le catalogue du Festival Afrique Taille XL.
Mais en conclusion, la Grande Histoire du vingtième siècle a-t-elle appris de ses erreurs ? Comme le fait remarquer un des intervenants : « Aujourd’hui, l’exploitation, la domination et l’oppression, ça ne s’appelle plus comme ça. Maintenant on dit « mondialisation néo-libérale » » Chou vert et vert chou… mais plus politiquement correct ! Autres temps, autres mœurs… mais pour les opprimés, il s’agit juste d’une différence de vocabulaire. Et l’internationalisme continuera d’exister tant que les causes qui l’ont provoqué ne sont pas éliminées. À cet égard, Cuba, une Odyssée africaine n’est donc qu’un premier chapitre à suivre… dans les siècles à venir.

http://www.cinemasafricains.be/

Cuba, Une odyssée africaine de Jihan El Tahri – 190’ - 2007

commentaires propulsé par Disqus