Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Novembre 2017

Le montage au cinéma

Laissez bronzer les cadavres était au FIFF

La Part sauvage de Guérin Van der Vorst - Au Med

Week-end du Doc - Tango ya ba Wendo, le 17/11

Le BAFF, c'est du 16 au 19/11

Les Bienheureux était au FIFF et sera au Med

Sorties DVD

et également

 

Exitus de Toon Loenders, Bob Thissen et Maximiliaan Dierickx

Exitus est une série documentaire produite par la maison de production Offworld, qui fait les beaux jours du documentaire de création flamand.
Créateurs de la série, Toon Loenders, Bob Thissen et Maximiliaan Dierickx sont trois amis passionnés d’exploration urbaine et de cinéma d’animation. Exitus se trouve être la somme de ces deux univers, Bob et son ami Jeroen partant, à chaque épisode, à la découverte d’un lieu urbain désaffecté pour y réaliser un film en stop motion dans le but de redonner vie à ces lieux abandonnés.

Un manoir français, une usine carolo ou un théatre new-yorkais sont autant de terrains de jeu pour ces explorateurs de la décrépitude que l’on suit à la découverte de ces lieux fascinants tant ils sont l’incarnation contemporaine de la vanité humaine.
Ainsi, durant la vingtaine de minutes que compte chaque épisode, nous suivons les pérégrinations de Bob et Jeroen baladant leurs sacs à dos et leur caméra embarquée à grand renfort de «  whaow, superbe, yeah, whoaw, joli ! » à mesure que les lieux se découvrent à eux. Puis, vient la partie artistique de l’affaire : les comparses se frottent les méninges pour trouver ce qu’ils vont bien pouvoir bricoler dans ce grand espace de jeu à animer pour finalement nous offrir, en clôture, le fruit de leur travail d’animation.

La jolie photographie de Maximiliaan Dierickx et le charme incongru des lieux visités donnent à l’ensemble une facture visuelle léchée dans la lignée des productions d’Offworld, même si le contenu reste fort factuel là où le champ était tout ouvert à un onirisme foisonnant.
Le duo d’explorateurs, s’il excelle dans la technique et le rendu visuel, ne parvient pas vraiment à nous retransmettre leur expérience sensible des lieux. De fait, le travail d’animation parait quelque peu plaqué.
La série, en jouant sur deux tableaux de l’exploration urbaine et de la création artistique, ne parvient que partiellement à ses fins, mais reste une réjouissante invitation à la découverte ainsi qu’une première expérience prometteuse pour ces jeunes réalisateurs.

commentaires propulsé par Disqus