Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Décembre 2013
 

L'Age de raison par Alain Marcoen et Luc Jabon

L'Age de raison, Le cinéma des frères Dardenne  

L'âge de raison , le cinéma des frères Dardenne avec Olivier GourmetMarika Piedboeuf, scripte pendant le tournage du film Le fils de Luc et Jean-Pierre Dardenne, relit le scénario et nous montre des extraits choisis pour signaler le suspens qu'ils offrent. Elle montre, sur l'écran de son ordinateur, la séquence 20 qui se passe dans la menuiserie. Olivier Gourmet (le père) sort un ciseau de son établi. « Je vais affuter le ciseau, j'arrive », dit-il. Il descend les escaliers avec l'objet, mais ses mains ne sont plus dans le cadre. Va-t-il s'en servir contre Francis (Morgan Marinne), son jeune apprenti qui a tué son fils ? Les Dardenne pratiquent le hors-champ pour détourner le spectateur de cette scène tout en laissant ouverte la possibilité qu'un meurtre va s'accomplir plus tard. Notamment - nous sommes aux 3/4 du film - lors d'une scène où Olivier Gourmet s'équipe d'une bâche et d'une corde qu'il met dans le coffre de sa voiture. Va-t-on vers la loi du talion, la vengeance ou son contraire, le pardon dans la transmission générationnelle d'un métier ? Autour de cette thématique, différentes personnes ayant travaillé sur le film donnent leurs avis. Les deux réalisateurs élargissent le champ en demandant à Laurent Busine, historien d'art, de comparer une séquence du film à un tableau de Nicolas Neuchatel (surnommé Lucidell), peintre belge du 16e siècle. Le tableau (actuellement à la Pinacothèque royale de Munich) a pour thème l'apprentissage qui est le sujet du film.

Luc et Jean-Pierre Dardenne étant absents de l'Age de raison, Alain Marcoen et Luc Jabon ont demandé aux collaborateurs des films des frères de témoigner. Nous découvrons, dans un train, Emilie Dequenne, dont le premier rôle était Rosetta (Palme d'Or au Festival de Cannes) et Olivier Gourmet qui nous parle des films auxquels il a participé.

Souvent, une image possède un lien avec d'autres images, mais parfois, la ressemblance est légère. Dans l'Enfant, Bruno (Jérémie Renier) sauve Steve (Jérémie Segard), son copain voleur, de la noyade et tente de le réanimer en massant ses jambes refroidies par l'eau glaciale du fleuve. Lien avec une image de Cris et chuchotements d'Ingmar Bergman, où Anna, la servante, réchauffe Agnès, proche de la mort, en la serrant contre elle pour l'aider à passer les derniers moments de sa vie.

Par contre, comparer Le gamin au vélo à Allemagne année zéro de Roberto Rossellini paraît un peu curieux, même si le néoréalisme de Rossellini est un geste cinématographique qui a beaucoup inspiré les frères. Après tout, l'absence du père qui brouille les repères et provoque le rejet des autres ne conduit pas Cyril (Thomas Doret), le gamin, au suicide comme Edmund dans les ruines du Berlin de 1945.

L'Age de raison est un film qui se situe dans la pédagogie de la transmission. Raison sans doute pour laquelle on ne nous parle ni de Falsch ni de Je pense à vous, les deux premiers longs métrages des frères.

commentaires propulsé par Disqus