Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/03/2004
Mots-clés : sortie en DVD,
 

Le commis conteur, de Thierry Dory

L'œuvre Pie

 Pie Tshibanda est né au Kasaï. Dans les années 80, il est instituteur puis directeur d'école, et se fait remarquer par la publication d'articles et de livres qui assoient sa réputation d'intellectuel critique. Témoin de scènes d'horreur dont se rend coupable le régime mobutiste, il filme, il dénonce au lieu de se taire. Conséquence : l'exil, l'arrivée en Belgique. Comme des milliers d'autres réfugiés politiques, il se trouve confronté à l'incompréhension bornée des autorités et aux clichés du racisme ordinaire. Obligé de repartir de zéro, sans bagage, sans statut, sans passé. Pie reprend des études, s'extrait de ce parcours d'obstacles. Il s'installe dans un village du Brabant wallon, trouve un emploi, réussit à faire venir sa famille.
L'histoire pourrait s'arrêter là, mais ici aussi, Pie veut être le " témoin gênant ".Homme de dialogue et de bon sens, pourvu d'une profonde intelligence de l'humain, il a la parole facile et entend partager son expérience. Moins pour dénoncer que pour faire réfléchir. Pie n'a que faire de l'apitoiement et des anathèmes. Il met sur pieds un spectacle avec lequel il va tourner partout en Belgique : dans les théâtres, les écoles, les homes, les entreprises. Il raconte son histoire et celle de tous ses compagnons avec générosité, au départ de faits concrets de la vie de tous les jours, avec des mots tous simples et un humour fracassant marqué au coin du bon sens. Et le miracle est là : le contact se fait, le dialogue s'installe, l'absurdité qu'engendrent le rejet et la peur de l'autre apparaissent au grand jour.
Le film que Thierry Dory consacre à Pie Tshibanda se nourrit bien sûr de ce " Fou noir au pays des blancs ". On en retrouve quelques extraits significatifs. Mais il constitue surtout une réponse à la question de savoir qui est ce curieux bonhomme qui pendant une heure est venu nous dire " Je suis votre voisin, un homme comme vous.
Je fais partie de votre vie et vous allez devoir compter avec moi. ". Portrait du Pie d'aujourd'hui, partageant tant bien que mal son temps entre sa famille, son travail à l'école de devoirs, et le planning du conteur qui arpente à longueur d'année les routes du Royaume et d'ailleurs. En filigrane, toutes les questions - oh! Combien actuelles - sur l'intégration (tout le film démontre l'imbécillité maligne de petites phrases comme " L'intégration est un échec " ), le droit à la différence, les limites de l'hospitalité, de l'accueil de l'étranger, l'ouverture à l'autre, le nécessaire solidarité avec les victimes de l'injustice et de la misère. Ces questions ne sont jamais directement posées dans ce portrait à la forme somme toute très classique, mais trouvent une réponse évidente dans la lutte quotidienne de Pie Tshibanda, sa façon d'aller à la rencontre de ses frères humains, de se faire connaître pour triompher des préjugés, de l'ignorance et de la peur. De ce point de vue, et sans avoir l'air d'y toucher, Thierry Dory a mis en boîte une bien jolie démonstration.
A priori, Le commis conteur n'a pas été tourné pour être présenté à la télévision ou dans les festivals (bien qu'il ait entamé à ce niveau une carrière internationale, recueillant notamment le Prix du Jury Junior au Festival International du Film Francophone de Namur et le Kite Award du meilleur documentaire au Festival International du Film pour enfants et pour jeunes de Buenos Aires, en Argentine).
On le sent davantage conformé pour servir de prolongement à ce moment d'intimité partagé entre le conteur et son public à l'occasion d'une visite du Fou noir au pays des blancs. On peut d'ailleurs se procurer, après les spectacles de Pie Tshibanda, un DVD documentaire qui ne passe donc pas par les circuits classiques de la production, de la promotion et de la diffusion. Là aussi c'est une expérience qui est intéressante de suivre.

Plus d'informations : http://www.belgianwaffles.info/. Contact Pie Tshibanda : c/o La charge du rhinoceros 02/537.01.20.

commentaires propulsé par Disqus