Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/05/2004
 

Loin des yeux de Serge Merzabekiantz

Le film de Serge Mirzabekiantz est une fiction polysémique. Le réalisateur tourne autour du thème de la solitude. Il fait se rencontrer Lucas, un garde forestier, Stéphane, un chanteur en tournée et Laure, la patronne d'une auberge située au coeur d'une forêt enneigée. Chaque personnage reste solitaire préférant garder son jardin secret que le réalisateur laisse au spectateur le soin de deviner. La nature semble davantage en harmonie que les personnages entre eux. Les désirs se frôlent sans peut-être se concrétiser. A cet égard, deux scènes nous paraissent emblématiques : D'une part, le fils de Stéphane, à qui son père téléphone, reste inaudible et semble ne pas répondre aux propos de son père. D'autre part, Stéphane et Laure se retrouvent nus dans une chambre sans que le cinéaste ne montre que leur couple s'unit. Le fils de Laure semble dialoguer avec Lucas, sur les traces que les animaux laissent dans la nature et notamment ceux d'un loup solitaire.

Ce qui est singulier puisque les loups vivent en meute. Ceux qui vivent seuls le choisissent. Ce n'est pas tout à fait le cas des être humains qui se croisent, confrontent leur solitude et essayent de se dévoiler. Contrairement aux apparences Serge Mirzabekiantz n'a pas fait un film existentialiste sur l'impossibilité de communiquer mais désire laisser une place au spectateur en usant du hors-champ. Ce que répond le fils à son père ou l'union de Laure et de Stéphane, libre à vous de l'imaginer. Tout l'art du réalisateur est de mettre en place les éléments vous permettant de développer l'histoire. C'est comme un conte : et si...et si... Inutile de dire que le cadre et les images sont superbes. Avec un jeu quasi permanent sur la netteté et le flou.

commentaires propulsé par Disqus