Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
avril 2008
26/03/2008
 

Marc Lobet

Lobet des bois
prune des boisÀ l’aune du cinéma à petit budget, Paul Geens édite « Made in Belgium », une collection de DVD consacrée au cinéma de Belgique. Derniers titres de la série, deux très bons films de Marc Lobet.

Tout d’abord Prune des bois, un conte pour enfants d’après un scénario cosigné avec Kathleen de Béthune et Marielle Paternostre. Des loupiots d’une dizaine d’années découvrent, après avoir étudié « Sans Famille » d’Hector Malot, un bébé abandonné, et qu’ils décident d’appeler Prune des bois. Le film, qui bénéficie d’une musique de Pierre Perret montée par le réalisateur, n’est pas sans évoquer les films des pays de l’Est lors de leur grande époque (1955-70). 
Meurtres à domicile, d’après « Hôtel meublé », le roman de Thomas Owen, a été tourné à Bruxelles avec Bernard Giraudeau et Annie Duperey mais aussi Daniel Emilfork et Charles Berling dans son premier rôle.

Bref, un étonnant casting qui rend ce film jouissif (il n’a pas vieilli d’un poil) en jouant sur le thème du double sous tous ses aspects : le comédien jouant deux rôles différents, l’arme du crime passant du couteau à l’épingle à cheveux, les différents meurtriers possibles montrés à travers un miroir mais aussi sur un miroir au sol (une idée de Luc Monheim, décorateur et réalisateur en Flandre). Sans parler d’un meurtre filmé à la Orson Welles dans un contre-champ avec un objectif de 9mm qui sert de fil conducteur (chaque victime le vivant mentalement différemment).
Nous avons rencontré Marc Lobet pour nous parler des séquences inoubliables de son film, notamment sur la séquence où l’inspectrice (Annie Duperey) est attaquée par le meurtrier déguisé en Fantômas. « C’est un plan que j’ai tourné caméra à l’épaule, dont j’ai fait différentes prises sous différents angles et découpé en petits fragments au montage. Dans les films d’auteur, on est au cadre et au montage. Cette séquence rapide tranche par rapport aux plans fixes du film qui ressemblent un peu à une bande dessinée. On m’a dit que le personnage principal ressemblait à Adèle Blansec, ce qui est assez juste, même si je n’ai pas fait de story-board. » (voir l’ensemble sur la webvidéo de cinergie.be).

commentaires propulsé par Disqus