Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Mots-clés : court métrage, Chine,
 

Première nuit à Beijing d’Olivier Meys

Première nuit à Beijing d’Olivier MeysLe court métrage est l’art de la litote, la surprise est son principal ressort. Il dévoile la complexité des êtres et du monde, en quelques scènes, et les visages nous interpellent, au premier regard. Le film d’Olivier Meys possède ces qualités. L’histoire en est simple. La rencontre, en Europe, d’un jeune homme, peut-être naïf, et d’une jeune femme chinoise, au visage pur et réservé en sa beauté, a suscité le rêve d’une vie commune. L’amour ne connaît ni frontières ni obstacles, il croit pouvoir soulever les montagnes. À la descente d’avion du garçon à Beijng, le bonheur des retrouvailles semble parfait. Mais l’idylle tourne court et cette première nuit ne sera pas celle d’un amour heureux. Le jeune homme comprend vite qu’il n’est pas attendu, un divorce en cours oblige son amie à le quitter en pleine nuit pour loger chez sa sœur… La famille et la société imposent leurs règles. Le visage de la jeune femme se ferme, elle se tait longtemps, prisonnière d’un double appel. Le garçon dormira seul et découvrira, après une brève errance, la solitude de l’étranger au pays et à la langue.

L’histoire, amère et douce, connaîtra, cependant, une fin heureuse. Mais, subtilement tissée de non-dits, elle donne à voir la vulnérabilité de l’amour face à une réalité complexe et inconnue, loin de tout exotisme.

commentaires propulsé par Disqus