Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
novembre 2008
07/11/2008
 

Promets-moi d'Emir Kusturica

Promets-moi est peut-être le film le plus cynique des réalisations d'Emir Kusturica. Avec cette fable haute en couleurs et en musiques, le réalisateur serbe renoue avec le style du Temps des gitans qui le fit se démarquer dans le panorama cinématographique européen, en y ajoutant de la causticité dans sa critique politique. 

Toutes les ficelles du burlesque sont ici présentes; les toits qui se transpercent sous le poids du corps, les réveils à la Wallace et Gromit, actionnant des mécanismes installés sous le lit pour propulser son occupant récalcitrant, le géant et le nabot, les baffes qui se perdent, les explosions, etc. 
promets-moiCet enchaînement de gags fait contrepoids à la dérision de la situation; un bandit, qui vit de la traite des femmes et des taxes qu'il impose aux commerçants sous peine de mort, rêve de (re)construire les Tours Jumelles en Serbie. Sous son aspect de mafieux immonde, zoophile lamentable qui ne peut s'empêcher de glousser à la vue d'un dindon, il tient des propos politiques pour le moins éloquents. En pleine scène de viol, il déclare être « comme la Banque Mondiale. Je n'efface pas les dettes, mais si tu coopères, j'élargis le crédit. Sinon, je baise. »Kusturica prend manifestement beaucoup de plaisir à délirer, mais il n'aime pas le délire en solitaire; la fête se partage. Musique, beuverie, désir physique, amour filial, amitié et pur amour en sont les ingrédients, sans oublier l'enchantement du merveilleux. Il justifie l'utilisation de la magie dans ses films dans les propos d’Uros Milovanovic, son jeune protagoniste, qui estime que raconter des histoires ce n'est pas mentir, c'est se faire plaisir! Tel le père de Big fish de Tim Burton, le conte est un art de vivre ! Le cynisme de Promets-moi réside dans le ton burlesque utilisé pour raconter la réalité de la Serbie, des Balkans et de leurs habitants.

Un film que Cinéart nous permet de (re)voir en DVD, présenté nu comme un ver, sans habillage, ni interviews ou making-of : une simple bande-annonce fait office de bonus.
Promets-moi d'Emir Kusturica, DVD Cinéart. Distr. Twin Pics.
commentaires propulsé par Disqus