Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
janvier 2008
01/01/2008
 

Prune des bois de Marc Lobet

Ode à la nature

“As-tu vu la vache, la vache aux yeux bleus.
Toujours à la tache, elle faisait meuh meuh”.
prunes des boisPaul Geens et son asbl Belfilm éditent un film culte des années 70, Prune des bois. Un film destiné aux enfants et à tous ceux qui sont encore capables de fredonner la comptine de la vache. Souvenir, quand tu nous tiens ! Le DVD propose, en bonus, deux courts métrages du réalisateur qui réjouiront tous les amoureux de la nature.
 
Le marché du film pour enfants est en pleine expansion. En cette fin d’année - Noël oblige - nos bambins ne savaient plus où donner de leurs charmantes têtes blondes tant l’offre était grande :  pas moins de 10 sorties de films, sans compter les dessins animés.
Les Américains, les plus prolifiques comme toujours, ont lancé l’offensive avec Il était une fois, À la croisée des mondes et Underdog, pendant que l’Hexagone essayait tant bien que mal de répliquer avec son western Big City et que notre plat pays se demande encore où a bien pu passer le cheval de Saint Nicolas…
Difficile pour les Belges et les Français de tenir le choc devant une princesse perdue en plein cœur de Manhattan, un chien qui joue les super-héros et des ours qui parlent.
Pour les parents qui en auraient assez d’un monde de surenchères à coups d’effets spéciaux et de bons sentiments moralisateurs, Prune des bois de Marc Lobet est une bénédiction. Loin de s’engouffrer dans un créneau lucratif, le réalisateur signe, avec sincérité et sans effets spéciaux, un film plein de tendresse et de poésie qui ravira les enfants et les nostalgiques du bon vieux temps où les Galapiats cherchaient le trésor du Château Sans Nom. Ici, le trésor se cache dans une nature sauvage et luxuriante et se prénomme Prune, une charmante fillette de 18 mois abandonnée. Les Loupiots (une bande formée de quatre garnements inséparables), décident de s’occuper eux-mêmes de l’orpheline au nez et à la barbe des grandes personnes; car dans ce monde, comme le chante joliment Pierre Perret qui signe la musique du film, les adultes ont confondu l’éducation avec l’amour.
Marc Lobet ne rime pas avec Walt Disney. Les vaches font meuh meuh, les canards coin coin et les lapins ne sont pas en retard, d’ailleurs ils n’ont pas de montre. Quant au bellâtre mièvre qui bêle son amour sur des airs gnangnans de mandoline...qu’il aille se rhabiller…aucune trace de lui dans le bois enchanteur de Niquelune... À la place, un poète en montgolfière (Christian Marin, ce bon vieux Laverdure des « Chevaliers du ciel ») qui n’a peut-être pas gagné le premier prix de beauté, mais qui aura su conserver son âme d’enfant.
Vu (et revu) et approuvé par mes nièces !

Bonus

Histoires naturelles - Marc Lobet - 10’ - 1977
Ce film d’animation de 10 minutes est un petit inventaire de la faune et de la flore sur des textes de Jules Renard et des illustrations de Toulouse-Lautrec, Pierre Bonnard et Hans Erni, rien que ça !
Vous y apprendrez que les fourmis sont de petites perles noires dont le fil est cassé, que la puce est un grain de tabac à ressort et le papillon un billet doux plié en deux qui cherche une adresse de fleur...

Les ciels de Vincent - Marc Lobet - 2004
Les ciels de Vincent fait partie d’une série de films d’animation consacrée aux correspondances célèbres de l'histoire de l'art intitulée « En toutes lettres ». Une  des plus célèbres correspondances est sans doute celle de Van Gogh à son frère Théo. Sur les mots de Vincent, le réalisateur fait défiler les ciels hallucinés du peintre. Grâce à l’animation, les tableaux prennent vie pour exprimer toute la puissance de la nature et ce sentiment  angoissant d’impermanence qui nourrissait toute son oeuvre.
“Un ciel vaut bien la peine de consacrer sa vie à en exprimer la poésie”, écrit Vincent à son frère ; le film prouve que, plus encore de la lui avoir consacrée, il la lui a sacrifiée.
Prune des bois de Marc Lobet - 1979 - 82'
Avec Christian Marin, Bonbon Lamy, Arlette Biernau, François Duysinx  et Alexandre Von Sivers.
Uniquement disponible sur  www.belfilm.be

 
commentaires propulsé par Disqus