Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Décembre 2005
01/12/2005
Mots-clés : critique de cinéma,
 

Tango Nero de Delphine Renard

Partant d'une vidéo en images réelles qu'elle a redessinées et colorisées, Delphine Renard, l'une des deux chevilles ouvrières de l'atelier d'animation Zorobabel, livre une œ uvre envoûtante et personnelle, à l'atmosphère unique. Dans une Venise superbement redessinée, elle nous fait vivre la folle histoire d'amour, d'argent, de fuite et peut-être de mort, qui unit un malfrat à une jeune touriste. Un homme est contraint, pour apurer une dette envers la mafia, de voler le plus beau rubis d'une statue de la cathédrale San Marco. Démasqué par la jeune fille qui, à son tour, lui dérobe et avale la pierre précieuse, il n'a d'autre choix que de l'emmener dans sa fuite éperdue à travers l'Europe, jusqu' à Anvers, le paradis du diamant.
La technique utilisée par Delphine Renard est tout à fait particulière et donne un fini d'une grande beauté. Elle contribue à donner à Tango Nero une atmosphère imprégnée de romantisme surréel. On dirait de l'écoline animée et pourtant, le réalisme de certaines expressions faciales ne laisse aucun doute sur l'origine réelle de ces images. La réalisatrice excelle à y insuffler l'émotion. Elle témoigne d'une étonnante force d'expression et d'une impressionnante maturité. Le tout fait de Tango Nero, l'une des plus belles réussites de l'animation belge de ces deux dernières années.

(Tango Nero a également obtenu le prix de la RTBF au Festival Anima 2005).

commentaires propulsé par Disqus