Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
06/10/2006
 

Histoire(s) d'une utopie à vendre

 Avec le temps

Cité administrative de Bruxelles 1À la fin des années cinquante, alors que l’exposition universelle de 58 se termine, un groupe d’architectes conçoit ce que va devenir la Cité administrative à Bruxelles. Commandé par l’État belge, cet hymne à la Belgique unie s’inscrit dans une volonté politique de réunir, dans un lieu stratégique de la capitale, les différents services de la fonction publique. Il va regrouper plus de 6.000 fonctionnaires, venant des quatre coins du pays et qui vont faire vivre cet ensemble architectural au gré des heurs et malheurs de la difficile unité nationale. Véritable « univers » au cœur de la ville, la Cité administrative peut se lire comme cette utopie d’un état fédéral unitaire.La vente, en 2004, par l’État belge de ces bâtiments à un client privé et étranger soulève alors la question de ce qui s’est passé. Que raconte la fin d’une telle utopie, que devient l’idée d’une Belgique unie, que deviennent ces fonctionnaires aujourd’hui délocalisés dans une ville fragmentée ?
Histoire(s) d’une utopie à vendre, le premier film documentaire d’Yves Cantraine, s’attache à répondre à ces questions en retraçant l’évolution Saint Nicolas dans la citédes relations professionnelles durant les quarante années d’existence de la Cité administrative. Pour ce faire, Yves Cantraine mélange, avec beaucoup d’à propos, une trentaine de témoignages en un kaléidoscope efficace où la mémoire des lieux s’énonce dans la diversité des parcours et des histoires individuelles. Du service d’entretien aux bureaux des hauts fonctionnaires en passant par les cuisines, la sécurité, la gérance et les différents services administratifs, chaque témoignage apporte sa pierre à l’édification de ce qui apparaît progressivement comme une étrange collectivité. Dans ces édifices monstrueusement démesurés qu’Yves Cantraine filme sous toutes les coutures, dans ce monde kafkaïen où les repères topographiques sont autant de pièges pour se fourvoyer, une communauté étrange autant qu’hasardeuse a vu le jour, communauté appelée à disparaître quand avec la fin, on pourrait dire la faillite de la Cité administrative, se défont les conditions d’un travail en commun.Et tous d’exprimer leurs regrets pour cette époque solidaire qui renvoie immanquablement à une conception de la Belgique qui semble aujourd’hui particulièrement obsolète. C’est là, sans doute, la limite du film d’Yves Cantraine qui, à la suite de ces fonctionnaires, succombe à la nostalgie et propose une lecture passéiste pour un ordre qui a vécu.
Film d’une facture classique mais évitant la pesanteur du didactisme et la superficialité du traitement télévisuel, Histoire(s) d’une utopie à vendre nous permet de comprendre avec humour et légèreté une partie de l’histoire de l’Etat belge, mais passe à côté de problèmes plus actuels en privilégiant par trop cette affection pour un passé révolu. 

 

 

 

commentaires propulsé par Disqus