Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
30/06/2015
Mots-clés : court métrage, comédie,
 

Les pigeons, ça chie partout de Fred De Loof

"Pigeon, oiseau à la grise robe..."

Les pigeons de Fred De Loof n'ont pas laissé le jury indifférent lors du dernier Brussel Short Film Festival puisque ce court-métrage, produit par Les films du chicon et co-produit par Hypercut Productions asbl, remporte le prix Be Tv.

Fred De Loof dans Les pigeons ça chie partout Avec ses meilleurs copains, Nicolas Gaspart et Arnaud Crespeigne, Fred De Loof se lance dans l'écriture de ce nouveau projet dont il sera également réalisateur et comédien principal. Un film de potes, de branques, drôle, kitsch, bien de chez nous qui raconte la vie de Diego. Un homme, comme beaucoup d'autres finalement, qui fait tout pour briller, qui vit à travers le regard des autres, qui rêve de gloire, qui se croit le plus fort, le plus musclé, le plus beau, le plus... Jusqu'à ce que tout s'effondre, en l'espace de quelques secondes. Diego, seul au monde, parviendra-t-il à se relever ?

Diego, c'est le kèkè en marcel, le moule bite vert fluo, la chaîne en or, la moustache, les tatouages et les cheveux blonds décolorés avec un semblant de mini mulet. Diego vit dans une caravane, une énorme, qui brille, qui claque. Diego crache, Diego frime sur un pocket wallaroo et sa passion : le tir à la carabine. Et BAM. Il culbute les poupées maquillées qui rêvent de bébés dans sa roulotte de luxe, il collectionne les micro-ondes, trophées dorés qu'il remporte à la fête foraine pour les offrir à sa maman qu'il love. Redouté, adulé, encensé, Diego a foi en lui. Diego est le boss, le king. Rien ne l'arrête. Avec son fidèle acolyte Kévin, il arrive en grandes pompes au stand de tir pour gagner le super micro-ondes. 10-9-8-7-6-5-4-3- le suspense bat son plein - 2 - on y est presque...

Les pigeons, ça chie partout, c'est un décor : la fête foraine, la bonne vieille kermesse de village. Avec ses pommes d'amour (celles qu'on s'en met partout), ses barbes à papa qui plaquent, ses canards multicolores qui flottent, sa musique techno pourrie, mais qu'on aime quand même bien, ses forains aux bras presque musclés et à la bonne panse, sa floche, ses hot-dog qui dégoulinent... Rien n'est laissé au hasard. Pour le coup, l'équipe du film a fait dans le réalisme.

Les pigeons, ça chie partout, c'est un film drôle. Des réplique bien balancées, au bon moment. Comme ces comédies belges du type Aaltra, celles où on rit même si on a un peu pitié quand même. C'est aussi un film social qui parle de ce microcosme de village où tout se sait et tout se dit. C'est une réflexion aussi sur l'image qu'on renvoie aux autres, sur les apparences. C'est une chouette bande-son qui rythme bien la construction du récit qui oscille entre présent et passé d'une manière subtile.

Bref, Fred De Loof et sa bande nous emmènent dans un chouette univers, pop, coloré et sucré, où les pigeons tombent du ciel, où d'une minute à l'autre on peut être recouvert de merde. Encore faut-il être assez malin pour se tirer de ce pétrin. 

commentaires propulsé par Disqus