Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
Webzine
Avril 2006
01/04/2006
 

Marottes de de Benoît Razy

Coproduction franco-belge entre Follimage Valence Productions et les Films du Nord d’Arnaud Demuynck, Marottes, le film de Benoît Razy, c’est du parfum d’enfance concentré en douze minutes. Un parfum qui est celui de la découverte de sentiments aussi irrationnels que l’amour qui semble unir, malgré eux, Céline, jeune fille tranquille style première de classe, et Valentin, voyou en herbe qui se donne des airs de dur pour masquer ses difficultés à la maison. Le parfum est dès lors autant celui de la joie de vivre, très bien rendue par les dessins aux tons pastels, que celui de la mélancolie qui saisit tous ceux qui ne sont pas encore des adolescents, mais ne se sentent plus enfants. C’est le cas de Céline, la grande sœur de deux garçons turbulents qu’elle doit dompter en l’absence de ses parents tout en gérant son attirance pour Valentin et son apprentissage cruel de la mort, celle d’un moineau blessé qu’elle tente, en vain, de sauver.
On s’en rend compte, Marottes voudrait nous dire beaucoup de choses. Trop peut-être pour un film court. En tous cas, on ressort de ce film, dont la principale qualité devient alors son esthétique, avec l’impression que les différents thèmes n’ont été qu’effleurés. Si bien qu’il nous a donné bien peu, à nous spectateur. On ne trouve rien à reprocher franco à ces Marottes, mais force est de constater qu’elles nous laissent un souvenir plutôt vague, malgré de beaux moments comme l’incendie du cabanon de Céline, hélas suivi d’une réaction bien peu convaincante de sa famille.


commentaires propulsé par Disqus