Cinergie.be

Le 34ème Festival de Namur lève un coin du voile sur sa programmation !

Publié le 30/07/2019 / Catégorie: Brève

La 34ème édition du Festival International du Film Francophone de Namur – FIFF (27 septembre - 4 octobre 2019) se prépare activement. Après l’annonce du film d’ouverture Chambre 212 de Christophe Honoré (France/Luxembourg/Belgique), le Festival lève le voile sur les sept premiers films sélectionnés dont 2 productions et coproduction belges.

https://www.fiff.be/

Le 34ème Festival de Namur lève un coin du voile sur sa programmation !

ADORATION (Belgique/France) cinéaste belge Fabrice du Welz.

Avec Adoration, Fabrice du Welz clôture sa trilogie ardennaise commencée avec Calvaire (2004) et Alléluia (2014), qui avaient tous les deux été présentés au FIFF.
Adoration, c’est l’histoire de Paul, un jeune garçon solitaire de 14 ans. Sa mère est femme de ménage dans une clinique psychiatrique. Son père les a quittés il y a déjà très longtemps. Une nouvelle patiente arrive à la clinique. Elle s’appelle Gloria, une adolescente trouble et solaire. Paul va en tomber amoureux fou et s’enfuir avec elle, loin du monde des adultes…
Adoration réunit un casting exceptionnel mêlant habitués et nouveaux venus : Thomas Gioria, Fantine Harduin, Benoît Poelvoorde, Laurent Lucas, Gwendolyn Gourvenec, Charlotte Vandermeersch et Peter Van den Begin.

Adoration est produit par Panique (Belgique - Vincent Tavier) et The Jokers Films (France - Manuel Chiche), avec Savage Film, One Eyed, Scope, RTBF, Voo et BeTV, avec l’aide du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Eurimages, VAF, Wallimage, le Tax Shelter du Gouvernement fédéral belge, Cine+, OCS et Memento Films International. Adoration sortira en Belgique le 16 octobre, distribué par Imagine Film.


ADAM (Maroc/France/Belgique) de la cinéaste marocaine Maryam Touzani

Adam, son premier long métrage comme réalisatrice, était présenté cette année à Un Certain Regard à Cannes. Les rôles principaux sont tenus par Lubna Azabal, Nisrin Erradi, Douae Belkhaouda, Aziz Hattab et Hasnaa Tamtaoui. Partie intégrante du film, la photo est signée Virginie Surdej (qui signe aussi celle de Nuestras Madres). Dans la Médina de Casablanca, Abla, veuve et mère d’une fillette de 8 ans, tient un magasin de pâtisseries marocaines. Quand Samia, une jeune femme enceinte frappe à sa porte, Abla est loin d’imaginer que sa vie changera à jamais. Une rencontre fortuite du destin, deux femmes en fuite, et un chemin vers l’essentiel. Le film est produit par Ali n’Productions (Maroc) avec Les Films du Nouveau Monde (France) et Artémis (Belgique)


NUESTRAS MADRES (Belgique/France/Guatemala) du cinéaste belgo-guatémaltèque César Díaz

Son premier long métrage Nuestras Madres prend place au lendemain de la guerre civile au Guatemala : Guatemala 2018, le pays vit au rythme du procès des militaires à l’origine de la guerre civile. Les témoignages des victimes s’enchaînent. Ernesto, jeune anthro­pologue à la Fondation médico-légale, travaille à l’identification des disparus. Un jour, à travers le récit d’une vieille femme, il croit déceler une piste qui lui permettra de retrouver la trace de son père, guérillero disparu pendant la guerre. Contre l’avis de sa mère, il plonge à corps perdu dans le dossier, à la recherche de la vérité et de la résilience. Les rôles principaux sont tenus par Armando Espitia, Emma Dib, Aurelia Caal, Julio Serrano Echeverría et Victor Moreira. Le film est produit par Need Productions (Belgique – Géraldine Sprimont) et Perspective Films (France – Delphine Schmit), en coproduction avec Proximus (Belgique) et Cine Concepcion (Guatemala).


ALICE ET LE MAIRE (France) de Nicolas Pariser

Alice et le maire est son deuxième long métrage. Le maire de Lyon, Paul Théraneau, va mal. Il n’a plus une seule idée. Après trente ans de vie politique, il se sent complètement vide. Pour remédier à ce problème, on décide de lui adjoindre une jeune et brillante philosophe, Alice Heimann. Un dialogue se noue, qui rapproche Alice et le maire et ébranle leurs certitudes.


MONȘTRI.  / MONSTERS. (Roumanie) de Marius Oltea

Dana et Arthur, la quarantaine, sont mariés depuis près de dix ans. Ils forment un couple que la société, la famille et les amis semblent apprécier lorsqu’ils sont tous les deux, et mépriser quand ils sont seuls. A cause de leurs besoins, de leurs croyances, de ce que la vie leur offre, de leurs démons intimes. Un  jour, ils doivent décider si laisser partir l’autre n’est pas la plus grande des preuves d'amour.


PERDRIX (France) d' Erwan Le Duc

Pierre Perdrix vit des jours agités depuis l’irruption dans son existence de l’insaisissable Juliette Webb. Comme une tornade, elle va semer le désir et le désordre dans son univers et celui de sa famille, obligeant chacun à redéfinir ses frontières, et à se mettre enfin à vivre.


UNE COLONIE (Québec) de Geneviève Dulude-De Celles

Une Colonie se déroule à la fin de l’été à la campagne. Mylia, 12 ans, doit quitter sa petite soeur Camille pour faire son entrée au secondaire. Cherchant sa place dans ce nouvel environnement étourdissant, elle y rencontre Jacinthe qui l’initie aux rites adolescents ainsi que Jimmy, un jeune autochtone farouche de la réserve voisine avec qui elle se lie secrètement d’amitié. À travers eux, elle tracera les contours d’une vie nouvelle. C’est l’âge des premières fois.

Tout à propos de: