Films illustrés par Gwendoline Clossais FacebookTwitter
01/11/2001
Mots-clés : critique de cinéma,
 

Il mio viaggio in Italia de Martin Scorsese

 Les fondus des films de Martin Scorsese (dont votre serviteur) et du néo-réalisme italien d'après-guerre (dont votre serviteur) jubilent ! Il mio viaggio in Italia le film que Martin Scorsese a présenté au récent Festival de Venise sera projeté le mardi 13 novembre à 19 heures dans la salle Henry Leboeuf du palais des Beaux-Arts.
Il s'agit d'un documentaire de 246' où le réalisateur de Raging Bull mêle l'histoire de ses racines familiales siciliennes et celles du cinéma italien. Si Voyage en Italie de Roberto Rossellini est une référence explicite, Visconti, Fellini, De Sica et Antonioni l'inspirent également. Cet ancrage du regard des grands cinéastes italiens sur sa propre vision artistique devient d'autant plus évident lorsque le cinéaste explique, en voix off, que I Vitelloni de Fellini a inspiré Mean Streets. Le film intègre aussi des images d'amateurs où le spectateur découvrira les grands-parents de Martin Scorsese. Cette autobiographie artistique est aussi une leçon de cinéma. Comment être un créateur tout en transmettant l'héritage artistique de ses prédécesseurs ? C'est à cette question que répond le film. Contrairement à ce que certains imaginent, la tabula rasa est un mythe.
On se souvient que Scorsese avait réalisé, en 1975, Italianamerican, un documentaire de 48 minutes sur ses parents et leurs quarante ans de vie commune dans le Lower East Side de New York. On garde en mémoire la performance de Kate Scorsese, la mère du réalisateur dont la volubilité avait fait réagir un réalisateur plus qu'amusé, s'esclaffant même, lorsque celle-ci met tout l'équipe de tournage à la porte pour ranger les lieux. Les amateurs de cuisine italienne se rappelleront que sur le générique de fin apparaît les recettes de sauce spaghetti de la famille Scorsese! " J'ai besoin de fixer mes racines, confiait Marty, lors de la sortie de ce film intimiste. Avec Il mio viaggio in Italia, il a remonté plus loin encore le cours du temps.
Rappelons avec force la lutte menée par Scorsese pour préserver le patrimoine cinématographique mondial et, plus spécifiquement, son soutient à notre Cinémathèque en ce début d'année lorsque celle-ci prise dans un tourbillon institutionnel dont notre pays a le secret a failli disparaître.

La soirée est organisée en collaboration avec Sintesi, en prélude au Festival du cinéma italien, qui se tiendra du 16 novembre au 2 décembre, autour de Rossellini.

commentaires propulsé par Disqus