Cinergie.be

La Chair de Jean Le Peltier

Publié le 19/11/2019 par Grégory Cavinato / Catégorie: Critique

Viande à l’eau de rose 

Vincent (Vincent Lécuyer), jeune homme un peu terne, est un comédien qui s’avère beaucoup plus à l’aise pour déclamer ses textes sur scène que pour déclarer sa flamme. Il est fatigué de traîner sur des applications de rencontre en ligne et de chercher l’amour en vain. Il est marqué par ses échanges avec André, un vieil homme qui vient de le découvrir sur scène. Le vieillard lui rappelle que ni sa timidité, ni sa peur de paraître ridicule ne disparaîtront avec le temps. André lui envoie un texte et lui demande de l’apprendre par cœur.

La Chair de Jean Le PeltierLa Chair débute par une scène très amusante : tombé en pâmoison devant un joli boucher dans sa vitrine (Lucas Meister), Vincent, végétarien, entre dans l’établissement et, paniqué, demande… « de la viande s’il vous plaît ». S’ensuit une conversation absurde et maladroite entre le viril commerçant, incrédule de bas en haut, et le carnivore récalcitrant, dont la moelle épinière tourne en crème fouettée et dont la gêne s’avère aussi discrète que le maréchal Amin Dada dans un couvent de dominicains suédois. Las, après une discussion qui lui semble longue comme la vie d’un concierge, Vincent ne semble pas faire plus d’effet à l’élu de son cœur qu’une pomme mûre à un lion affamé. Les yeux dans ses souliers, il quitte l’établissement en laissant son bellâtre mijoter au milieu d’une forêt de points d’interrogation. Mais Vincent n’a pas dit son dernier mot…
Si les tentatives d’humour absurde ne fonctionnent pas trop, un joli message (la littérature comme moyen de transcender la peur du ridicule au quotidien) et la prestation de Vincent Lécuyer en grand timide devant l’éternel emporteront probablement l’adhésion.

 

Tout à propos de: